Accéder au contenu principal
Espagne

Le quotidien espagnol «La Gaceta» disparaît des kiosques à journaux

Lancé en 1989 sous le titre «La Gaceta de los Negocios», ce quotidien, au ton  très conservateur, était au départ spécialisé dans l'économie avant de devenir généraliste.
Lancé en 1989 sous le titre «La Gaceta de los Negocios», ce quotidien, au ton très conservateur, était au départ spécialisé dans l'économie avant de devenir généraliste. Angel Navarrete/Bloomberg via Getty Images
Texte par : Diane Cambon
4 mn

Triste fin d'année pour la presse espagnole avec la disparition en kiosque d'un nouveau quotidien. La Gaceta est la dernière victime de la crise qui fait des ravages au sein des médias. En cinq ans, la presse ibérique a subi plusieurs revers avec la disparition de nombreux titres et la suppression de milliers d'emplois. Une tendance qui malheureusement ne semble pas s'inverser même si le pays est sorti de la récession et 2014 annonce une légère reprise de la croissance. Car, outre l'aspect financier, le fossé entre les citoyens et la presse ne cesse de s'agrandir.

Publicité

La crise a fait une nouvelle victime au sein des médias en Espagne. Il s'agit d'un quotidien créé en 1989, dénommée La Gaceta de los Negocios qui, au fur et à mesure des années, a perdu son caractère purement économique pour devenir généraliste. Ce quotidien très conservateur appartient au groupe Intereconomia qui détient aussi une radio et une télévision du câble qui ne marche pas fort non plus. Pour sauver le titre, le groupe a choisi de supprimer l'édition papier et de continuer en ligne, ce qui risque d'entraîner une diminution de son personnel. Le journal fonctionne actuellement avec soixante employés.

Le support web supplante les éditions papiers

La disparition de l'édition papier semble être le sort des quotidiens qui n'arrivent plus à survivre avec la vente en kiosque et la baisse des recettes publicitaires. Il y a déjà eu des précédents en Espagne au cours de ces quatre dernières années. En effet, plusieurs quotidiens ont essayé de limiter la casse en choisissant comme unique support, le web. C'est le cas du quotidien de gauche national Publico qui est passé en 2012 au tout internet. Près de la moitié de son personnel a été jeté sur le carreau. C'est aussi le cas du gratuit 20 minutes, qui du jour au lendemain n'a plus été distribué dans les stations de métro. D'autres ont tout bonnement disparu comme les deux gratuits Qué et ADN, victimes de la chute des recettes publicitaires.

Plans sociaux drastiques dans la presse espagnole

Le panorama n'est pas joyeux au sein des grands quotidiens qui ont dû mener des plans sociaux drastiques ces dernières années, ce qui a produit une saignée dans la profession. Les grands titres de quotidiens généralistes ont en effet perdu l'an dernier plus de 15 % de leurs ventes. Le journal de référence El Pais a vu ses ventes baisser de 15 % en septembre par rapport à l'année précédente, ce qui l'a obligé à appliquer un plan de licenciement sévère avec la suppression de 129 postes de journalistes. Même donne au sein du quotidien libéral El Mundo, qui est actuellement soumis à un plan de redressement et qui a connu une chute de ses ventes de 18 %. Mais ce sont les grands titres catalans, La Vanguardia et El Periodico qui ont été le plus affectés avec 25 % de ventes en moins. Le panorama est donc assez sombre dans son ensemble. Selon la Fédération des associations des journalistes, la FAPE, depuis le début de la crise en 2008, 284 médias ont fermé et 10 500 postes de journalistes ont été supprimés.

Un contenu qui ne plaît plus

Les journaux qui sont soumis à des réductions de budget proposent un contenu de plus en plus sans relief. Carlos Cué, un reporter du quotidien El Pais se plaignait récemment dans un colloque sur la presse que les reportages d'investigations et les enquêtes sont de moins en moins fréquents pour des raisons de coûts. En outre, il y a aussi un phénomène tout aussi inquiétant : la distance prise par les citoyens vis-à-vis des journaux, notamment pour les jeunes ou les alternatifs du monde des indignés, pourtant considérés comme de susceptibles lecteurs. Les médias sont montrés du doigt car trop associés à l'establishment. Seul le quotidien de gauche Diagonal, arrive à s'extraire de l'information conventionnelle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.