Accéder au contenu principal
Chypre / Homosexualité

Chypre-Nord, dernière entité en Europe à décriminaliser l'homosexualité

Depuis le 27 janvier, il n'y a plus en Europe de loi criminalisant l'homosexualité.
Depuis le 27 janvier, il n'y a plus en Europe de loi criminalisant l'homosexualité. DR
4 mn

Le Parlement de la République turque de Chypre-Nord (RTCN), l'entité du nord de l'île de Chypre reconnue par la seule Turquie, a voté lundi 27 janvier un projet de loi décriminalisant les relations homosexuelles, jusque-là passibles d'une peine de cinq ans prison.

Publicité

De notre correspondant à Nicosie,

C'est fait. Il n'y a plus en Europe de loi criminalisant l'homosexualité. Dernier à franchir le pas : Chypre-Nord. L'île de Chypre est divisée entre la République de Chypre, au Sud, membre l'Union européenne depuis 2004, et la République turque de Chypre-Nord, uniquement reconnue par Ankara.

Si au Sud l'homosexualité n'est plus un délit depuis une quinzaine d'années, au Nord, le Parlement vient donc seulement d'abolir sa criminalisation. Une véritable révolution. C'est le terme employé par une députée rencontrée juste après le vote du projet de loi. Jusqu'à aujourd'hui, les relations homosexuelles étaient punies de cinq ans de prison. Désormais, les termes « relations sexuelles contre nature » sont bannis de la législation, et le Parlement a même voté de nouvelles directives qui criminalisent cette fois les délits homophobes.

Plus aucun endroit d'Europe ne considère désormais l'homosexualité comme un délit. Et de ce point de vue, les Chypriotes-Turcs, qui sont citoyens européens, rejoignent véritablement la législation européenne.

Des cas de répression existaient encore…

Cette loi de 1929, héritage de l'empire colonial britannique, n'était pas uniquement théorique. Ces trois dernières années, trois cas ont défrayé la chronique. A chaque fois, des hommes arrêtés dans des domiciles privés et reconnus coupables, selon la justice, de « relations contre nature ».

Des personnes ont même été arrêtées puis relaxées mais leurs photos et leurs noms ont été publiés dans les médias locaux. Lundi, à l'heure du vote, quelques manifestants sont venus dire leur colère, craignant, selon leurs dires, que l'homosexualité soit enseignée à l'école.

Les débats parlementaires ont été très rudes entre d'un côté les partisans d'un changement radical de la loi, gauche au pouvoir et défenseurs des droits de l'homme, et de l'autre les partis conservateurs et les partis musulmans.

Les militants homosexuels saluent ce premier pas mais craignent qu'il ne faille encore beaucoup de temps pour changer les mentalités.

Pourquoi maintenant ?

Cette abolition intervient maintenant d'abord en raison de pressions extérieures comme les visites répétées de parlementaires européens venus dénoncer la criminalisation de l'homosexualité. Des procédures étaient en cours devant la Cour européenne des droits de l'homme.

Ensuite, simplement pour se conformer aux règles européennes, un plus dans les négociations de réunification à l'heure où Chypre-Nord réclame une plus grande indépendance et la levée de l'embargo dû à l'occupation militaire turque. Un message politique fort donc, mêlé à une volonté affichée de respect des droits humains les plus fondamentaux. Voilà certainement ce qui a poussé 28 députés, sur les 50 que compte Chypre-Nord, à voter en faveur du nouveau texte.

Sans oublier le fait que Chypre-Nord fait face à de graves difficultés économiques alourdies par l'effondrement récent de la monnaie locale, la livre turque. Et l'un des moteurs économiques reste le tourisme, qui faisait les frais de cette discrimination.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.