Accéder au contenu principal
ROYAUME-UNI

La question du pétrole pèse sur l’avenir de l’Ecosse

Le Premier ministre britannique David Cameron (g.) en visite sur une plateforme pétrolière en mer du Nord, le 24 février 2014.
Le Premier ministre britannique David Cameron (g.) en visite sur une plateforme pétrolière en mer du Nord, le 24 février 2014. REUTERS/Andy Buchanan
Texte par : RFI Suivre
3 mn

A sept mois du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse, le Premier ministre britannique David Cameron a tenu, lundi 24 février, son Conseil des ministres en Ecosse, à Aberdeen, cité connue pour son activité pétrolière en mer du Nord. Alex Salmond, le Premier ministre écossais, a fait de même, à quelques kilomètres de là. A l’ordre du jour pour les deux Conseils : définir qui, du Royaume-Uni ou d’une Ecosse indépendante, est le plus favorable à l’extraction du gaz et de l’or noir. Selon les camps les avis divergent.

Publicité

Avec notre correspondant à Londres, Victor Lepoutre

Le pétrole et le gaz de la mer du Nord sont au centre de la campagne pour l’indépendance de l’Ecosse, soutenue pour son Premier ministre, Alex Salmond. Seulement, depuis quelques années, l’or noir est de plus en plus dur à extraire, Downing Street parle d’une baisse de 40% de la productivité entre 2011 et 2012. Le Premier ministre britannique, David Cameron, promet la création d’une autorité pour optimiser l’extraction de gaz et de pétrole. En visite sur une plateforme pétrolière, il insiste sur l’aide que peut apporter le Royaume-Uni au secteur, si bien sûr l’Ecosse renonce à l’indépendance.

« Argument en faveur du Royaume-Uni »

« Voilà un argument de choix en faveur du Royaume-Uni, avance David Cameron. Nous sommes l’une des dix plus grandes puissances économiques du monde et nos épaules ont toujours soutenu le secteur pétrolier et continueront à le faire pour qu’on en tire un maximum de bénéfices, pour tous, y compris pour l’Ecosse. Puisque nous sommes l’une des dix plus grandes économies mondiales, nous pouvons nous permettre les réductions d’impôts, l’investissement et la structure à long terme nécessaire à exploitation maximale de la mer du Nord qui profitera à tous. »

Profiter de la manne pétrolière

De son côté, le chef du gouvernement écossais est favorable à l’optimisation des résultats d’extraction. Mais il affirme que l’Ecosse n’a pas besoin des épaules du Royaume-Uni. Selon Alex Salmond, Londres s’est toujours servie dans les revenus du pétrole écossais. Il souhaite maintenant que ses compatriotes en profitent davantage.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.