Accéder au contenu principal

Erdogan corrompu? Le ton monte dans les rues de Turquie

Manifestation d'opposants à Recep Tayyip Erdogan, le 25 février 2014, à Istanbul.
Manifestation d'opposants à Recep Tayyip Erdogan, le 25 février 2014, à Istanbul. REUTERS/Cevahir
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Au lendemain de la diffusion d'une conversation présumée entre le Premier ministre et son fils, évoquant de fortes sommes d’argent « à cacher », la police turque a dispersé mardi 25 février en soirée des rassemblements anti-corruption dans une dizaine de villes du pays. D'autres appels à manifester ont été lancés pour les jours à venir. M. Erdogan, qui dénonce un « montage répugnant », a ouvert une enquête. Mais il a aussi décidé de modifier le cryptage des téléphones portables sécurisés utilisés par les plus hauts responsables de l’Etat, dont lui. L'ensemble de l'opposition appelle à la démission du gouvernement.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

La situation est de plus en plus inconfortable pour le gouvernement de M. Erdogan. Dans la capitale Ankara, mais aussi à Izmir, Trabzon, Antalya et Eskisehir (entre autres), des milliers de manifestants étaient dans la rue ce mardi pour scander « Au voleur ! » et « Gouvernement, démission ! » A Istanbul, la répression a été violente et les affrontements ont duré tard dans la nuit. Il y a eu des passages à tabac, des blessés touchés par des tirs de la police, des interpellations nombreuses.

A un mois des élections municipales, le ras-le-bol et la colère populaires s’expriment donc à nouveau dans les rues de toute la Turquie, comme lors de la contestation de Gezi en juin 2013, et après la révélation du scandale politico-financier qui fait tant parler dans le pays depuis deux mois. Ce n’est probablement qu’un début. Les allégations visant directement le Premier ministre et son fils semblent être la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Sur les réseaux sociaux aussi, critiques et dénonciations se déchainent En 24 heures, plus de 2 millions de personnes avaient d’ailleurs écouté sur Youtube l'enregistrement pirate de la discussion suspecte entre le Premier ministre et son fils Bilal, déjà visé par l’enquête du 17 décembre. Et, fait totalement nouveau, dans les taxis, les transports en commun et même parfois dans la rue, avec un simple haut-parleur, des citoyens lambda diffusent cette conversation téléphonique qui a fait l’effet d’une bombe.

→ À (RE)LIRE : Le Premier ministre turc piégé par un enregistrement audio ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.