Accéder au contenu principal
Vatican

La mafia dans le collimateur du pape François

Le pape François à son arrivée à l'église San Gregorio VII où s'est déroulée la cérémonie en mémoire des victimes de la criminalité organisée, à Rome, le 21 mars 2014.
Le pape François à son arrivée à l'église San Gregorio VII où s'est déroulée la cérémonie en mémoire des victimes de la criminalité organisée, à Rome, le 21 mars 2014. REUTERS/Alessandro Bianchi
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le pape François a dénoncé « l'argent ensanglanté » des mafieux et les a exhortés à « se convertir », lors d'une cérémonie en mémoire des victimes de la criminalité, organisée à Rome par l'association catholique antimafia Libera. Cette déclaration fait écho au cri de colère de Jean-Paul II en 1993 à Agrigente, en Sicile, lorsqu'il avait appelé les mafieux à « se convertir ».  

Publicité

Avec notre correspondant au Vatican, Antoine-Marie Izoard

Le pape François a d’abord écouté la liste interminable de 842 victimes innocentes de la mafia, lue par plusieurs de leurs proches. Le pape avait le visage fermé et grave. Il priait.

Puis il a pris la parole devant les familles, il leur a confié sa « solidarité », les a remerciées pour leur « témoignage », avant de s’adresser, a-t-il dit, « aux grands absents » de cette soirée : les mafieux.

« S’il vous plaît, changez de vie, convertissez-vous, arrêtez de faire le mal », a demandé le pape d’un ton particulièrement grave avant de poursuivre : « La vie que vous vivez ne vous donnera pas de bonheur… Le pouvoir, l’argent que vous avez maintenant, de tant d’affaires sales, de tant de crimes mafieux, c'est de l’argent ensanglanté, du pouvoir ensanglanté, et vous ne pourrez pas les emporter dans l’autre vie ».

Et le pape de lancer encore cet appel aux mafiosi : « Convertissez-vous, il est encore temps, pour ne pas finir en enfer ! »

Quant au père Luigi Ciotti, fondateur de l’association antimafia Libera, il a pointé du doigt l’attitude parfois tiède de l’Eglise envers la mafia, faite « d’excès de prudence », de « silences » ou de « mots de circonstances ». Mais il a aussi rappelé l’engagement des papes contre le crime organisé ainsi que la lutte de nombreux prêtres et évêques contre ce fléau.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.