Turquie

Forte participation aux élections locales

Forte affluence ce dimanche matin 30 mars dans les bureaux de vote en Turquie pour les élections locales.
Forte affluence ce dimanche matin 30 mars dans les bureaux de vote en Turquie pour les élections locales. REUTERS/Umit Bektas

On note une forte participation aux élections locales de ce dimanche 30 mars en forme de référendum pour le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, fragilisé par des scandales à répétition. En marge du scrutin, des affrontements meurtriers entre clans rivaux ont éclaté dans plusieurs villages de l'est du pays.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

Dès le début de la matinée, les électeurs ont manifesté leur mobilisation pour ce scrutin qu’ils pensent déterminant pour mettre un terme à l’instabilité politique. Sans qu’il y ait encore de chiffre officiel, les observateurs rapportent un taux de participation en hausse par rapport aux consultations précédentes, indiquant un intérêt particulier pour ce vote municipal, et normalement sans effet mécanique direct sur le maintien du parti de la Justice et du Développement (AKP) au pouvoir.

Des incidents violents - fréquents lors d'élections locales - ont opposé des partisans de camps opposés dans le sud du pays. Le dernier bilan fait état d'au moins huit morts. D'une manière générale, le scrutin se déroule dans un climat de forte tension. Les affaires et les scandales à répétition de ces dernier mois ont poussé le gouvernement à renforcer la répression sur la population. Les Turcs « ont peur de l'avenir, raconte cette électrice, parce qu'il n'y a aucune liberté de parole, pas de justice... La Turquie en ce moment c'est horrible ! » 

à (re)lire : Elections en Turquie: Erdogan sur la sellette

Le Premier ministre a promis qu’il se retirerait de la vie politique si son parti ne sortait pas en tête, ce qui donne au scrutin un air de référendum, voire de plébiscite.

Il est cependant peu probable, faute d’une opposition structurée, que l’AKP ne soit véritablement battu, et donc l’avenir s’avère toujours aussi incertain, avec la perspective de nouvelles élections dans les mois à venir : un scrutin présidentiel est prévu pour août et les législatives se tiendront normalement au printemps 2015.


Affrontements meurtriers entre clans rivaux dans l’est du pays

Huit personnes ont été tuées dans des villages brodant la frontière syrienne, dans l’est de la Turquie, en marge du scrutin de ce dimanche. Dans la province de Sanliurfa, une fusillade entre deux familles rivales d’un même village a fait six morts. Dans la province de Hatay, deux personnes ont été tuées dans une autre fusillade entre clans rivaux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail