Allemagne / Etats-Unis

Mésentente sur les écoutes entre Angela Merkel et Barack Obama

En visite aux Etats-Unis, la chancelière a abordé le sujet délicat des écoutes de la NSA avec Barack Obama, ce 2 mai 2014.
En visite aux Etats-Unis, la chancelière a abordé le sujet délicat des écoutes de la NSA avec Barack Obama, ce 2 mai 2014. REUTERS/Kevin Lamarque
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En visite aux Etats-Unis pour 24 heures, Angela Merkel a abordé la question ukrainienne avec Barack Obama, affichant pour le coup une belle identité de vues. Mais ce vendredi 2 mai, la chancelière a également évoqué le sujet qui fâche : les écoutes de la NSA. Et sur ce point, l’harmonie n’a pas été aussi évidente, même si Obama s’est efforcé de rassurer les Allemands.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Angela Merkel, pour des raisons de politique intérieure, ne pouvait pas ne pas aborder le sujet. Elle l’a fait le plus diplomatiquement possible en parlant de « divergences à surmonter ».

→ A (RE)LIRE : Affaire Snowden: le renseignement allemand, victime consentante de la NSA ?

« Des désaccords persistent sur l'équilibre à trouver entre la nécessité de protéger des citoyennes et citoyens de possibles menaces, d'un côté et l'importance de garantir la sphère privée de l'autre, a déclaré Angela Merkel. Ces désaccords rendent nécessaires de plus amples discussions entre nos deux pays. On m'a assuré aujourd'hui que les Etats-Unis étaient disposés à participer à un tel dialogue, bien que nos avis divergent sur certains points. »

Barack Obama se veut rassurant

Barack Obama s’est fait le plus rassurant possible, soulignant les réformes qu’il avait ordonnées pour que la vie privée, non seulement des Américains, mais des étrangers, soit respectée. Les Allemands, a-t-il affirmé, ne sont pas soumis à une surveillance continue de leurs données. « Je sais que la perception dans le public est parfois que les Etats-Unis ont des capacités semblables à celles que vous voyez dans les films et à la télévision. La réalité, c’est que nous nous concentrons essentiellement sur les moyens d’empêcher les terroristes, les criminels transnationaux, de se livrer à leurs activités. » Barack Obama a par ailleurs déclaré que les Etats-Unis n’avaient d’accord de non-espionnage avec aucun pays allié, mais des partenariats avec les diverses agences de renseignement.

 → A (RE)LIRE : L’Ukraine au centre de la visite d’Angela Merkel aux Etats-Unis

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail