Turquie

Turquie: les violences policières en procès

La mère  (2eG) du manifestant tué brandit le poing à la sortie du palais de justice de Kayseri, ce lundi 12 mai.
La mère (2eG) du manifestant tué brandit le poing à la sortie du palais de justice de Kayseri, ce lundi 12 mai. AFP PHOTO/ADEM ALTAN
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Un témoin est venu raconter, lundi 12 mai, devant un tribunal du centre du pays comment quatre policiers en civil avaient battu à mort un jeune homme pendant la fronde anti-gouvernementale d'il y a un an dans l’ouest du pays.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

Comme lors de la première audience, le 3 février, beaucoup de sécurité et beaucoup de tension autour du palais de justice de Kayseri, ce lundi matin, et beaucoup d’émotion dans la salle d’audience. Toute la famille de la jeune victime était là, sa mère notamment qui tenait à affronter les policiers suspects - cinq en détention et trois comparaissant libres - ainsi que les familles d’autres victimes, des victimes des brutalités policières en marge d'une manifestation à Eskisehir, le 2 juin 2013.

→ A (RE)LIRE: procès sous tension des assassins d'un jeune manifestant de Gezi

La vieille femme a fondu en larmes lorsqu’un témoin, qui les a formellement reconnus et désignés devant le président du tribunal, a raconté comment les policiers, en civil et en uniforme, se sont acharnés sur Ali Ismaïl Korkmaz. Et elle a préféré sortir lors de la projection des images de caméras de vidéo surveillance qui avaient filmé l’interminable scène du passage à tabac, en pleine rue, à coups de gourdin et de pieds. De nouveaux enregistrements ont d’ailleurs été apportés au dossier, qui risquent encore d’aggraver les soupçons contre les policiers, qui pour l’instant nient en bloc.

La famille du jeune étudiant réclame également la mise en accusation et la comparution du médecin qui avait examiné et renvoyé chez lui le jeune homme blessé, estimant que, comme ce fut le cas en d’autres circonstances, il a agi sur ordre de la police en refusant de soigner la victime.

→ A (RE)LIRE : Turquie: la colère contre le gouvernement s'étend à tout le pays

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail