UKRAINE

Ukraine: les avis sont partagés à une semaine de la présidentielle

Un travailleur municipal nettoie les rues près des barricades de la place Maidan, à Kiev, le 19 avril 2014.
Un travailleur municipal nettoie les rues près des barricades de la place Maidan, à Kiev, le 19 avril 2014. REUTERS/Valentyn Ogirenko
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C'est une Ukraine troublée et déchirée qui se prépare au premier tour de l'élection présidentielle, le 25 mai. Après la chute du régime autoritaire de Victor Ianoukovitch, les Ukrainiens et une grande partie de la communauté internationale attendent qu'un nouveau président légitime sorte des urnes, afin de tourner la page de la révolution de février.

Publicité

Avec notre correspondant à Kiev, Sébastien Gobert

Sur Maidan Nezalejnosti, la place de l'indépendance à Kiev, on n'imagine pas que l'élection présidentielle puisse être empêchée comme cela pourrait être le cas dans l'Est. Mais beaucoup craignent que le scrutin ne soit pas à la hauteur de la révolution.

Passer à autre chose

« Mon avis, c'est que rien ne va changer, soupire Volodymyr Noha, un des membres de la sécurité du campement révolutionnaire de l'EuroMaidan. Parce que ceux qui vont arriver au pouvoir sont déjà au pouvoir. Et ils veulent y rester. Et Porochenko, peut-être qu'il va gagner les élections. Mais il ne sera jamais mon président. Vous savez, c'était un des premiers à fonder le parti des régions... »

Volodymyr et ses camarades affirment qu'ils resteront sur place jusqu'à ce qu'une réelle réforme de la politique prenne corps. Mais pour la majorité de la population, il est tout de même temps de passer à autre chose.

Pour une élection juste et transparente

Polonia Novatorova déambule sur la place de l'indépendance. Pour elle, ce scrutin est légitime, et nécessaire. « J'espère que tout va bien aller, mais je ne sais pas ce qui va se passer, dit-elle. Après cette révolution, il est temps de faire quelque chose pour améliorer la vie des gens. Faire en sorte que l'Etat accomplisse enfin ses devoirs envers nous. »

Et pour cela, qu'importe le vainqueur du scrutin. Ce qu'elle demande avant tout, c'est une élection juste et transparente, ce qui serait une première dans l'histoire ukrainienne, et le signe que la révolution n'a pas été faite en vain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail