Ukraine

Pouchiline, le séparatiste qui veut chasser «l'occupant» ukrainien

Denis Pouchiline, le chef de la «République populaire» autoproclamée de Donetsk, ce lundi 12 mai.
Denis Pouchiline, le chef de la «République populaire» autoproclamée de Donetsk, ce lundi 12 mai. REUTERS/Maxim Zmeyev
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les combats entre l'armée ukrainienne et les séparatistes pro-Russes s'étendent dans l'est du pays. Depuis le référendum du 11 mai dernier, considéré comme illégal par Kiev et entaché d'irrégularités multiples, les séparatistes ont déclaré l'indépendance de la République populaire de Donetsk. Le président du conseil de l'entité séparatiste, Denis Pouchiline, entend chasser « l'occupant » ukrainien.

Publicité

Avec notre correspondant à Donetsk, Laurent Geslin,

C'est au dixième étage du bâtiment de l'administration régionale, occupé par des séparatistes en armes, que Denis Pouchiline reçoit les visiteurs. Deux hommes munis de kalashnikov protègent le « président » du conseil de la République populaire de Donetsk. « Nous sommes en train de mettre en place une armée populaire, déclare Denis Pouchiline. Nous établissons un plan pour libérer le territoire des occupants. Après le référendum du 11 mai, nous sommes devenus un pays et nous sommes obligés, désormais, de défendre ce pays. Nous formons des volontaires, ici et à Sloviansk, pour essayer de résoudre ce problème».

→A(RE)LIRE Ukraine: à Donetsk, les séparatistes se posent en vainqueurs

Denis Pouchiline, 33 ans, était encore inconnu du grand public il y a quelques semaines. La crise qui secoue l'Ukraine lui a donné de l'ambition : « Mes deux grands-pères se sont battus contre le fascisme durant la Seconde Guerre mondiale. C'est ce qui m'a poussé à m'engager dans la lutte que nous menons. Nous n'avons pas le droit de laisser passer le fascisme. »

→A(RE)LIRE: Ukraine: les régions de Donetsk et Lougansk à la croisée des chemins

Le président du conseil de la République populaire de Donetsk est chargé de la communication de l'entité séparatiste. Mais pour de nombreux experts, ceux qui donnent les ordres, ce sont surtout les Russes : Igor Strelkov, chargé du commandant militaire, et Alexander Borodaï, chef du gouvernement. Tous deux sont soupçonnés d'appartenir aux services du Kremlin.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail