Accéder au contenu principal
ENVIRONNEMENT

Greenpeace: une erreur «de jugement» à 4 millions d’euros

Des militants de Greenpeace lors de l'une de leurs actions contre le nucléaire, à Rome en 2009.
Des militants de Greenpeace lors de l'une de leurs actions contre le nucléaire, à Rome en 2009. Tiziana Fabi / AFP
Texte par : RFI Suivre
1 mn

Une « grave erreur de jugement » d'un employé de Greenpeace a coûté à l'organisation écologiste 3,8 millions d'euros en donations, perdus sur le marché des taux de change, a-t-on appris hier, dimanche 15 juin. Greenpeace a présenté ses excuses.

Publicité

Greenpeace est visiblement dans ses petits souliers et tient à s'excuser vis-à-vis de ses donateurs. Il est vrai que la bourde est de taille : près de 4 millions d'euros se sont évaporés sur le marché des taux de change.

Une enquête interne a immédiatement été ouverte et le directeur de la communication Mike Townsley s'est rapidement exprimé. « Rien ne montre que l'employé ait agi dans un but personnel », a-t-il expliqué, ajoutant : « Il semble s'agir d'une grave erreur de jugement. »

Car, pour fonctionner, Greenpeace, qui a des antennes dans de très nombreux pays, doit acheter des devises. Et afin de se protéger des fluctuations des taux de change, l'organisation passe de nombreux contrats avec des sociétés spécialisées chargées d'acheter des devises à taux de change fixe.

Mauvais contrat

Or, l'employé de l'ONG a, semble-t-il, outrepassé ses fonctions et pris l'initiative de conclure un de ces contrats sans le feu vert de l'organisation. Un très mauvais contrat, très dommageable, reconnaît piteusement Greenpeace, qui pour faire bonne mesure, assure qu'aucune campagne ne verra son budget limité et garantit que la perte serait lissée sur les prochains budgets en réalisant des économies.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.