Albanie

UE: la candidature de l'Albanie officiellement acceptée

Le commissaire à l'élargissement Stefan Fuele, à gauche, et le Premier ministre albanais Edi Rama, à droite, lors d'une conférence de presse à Tirana le 4 juin dernier.
Le commissaire à l'élargissement Stefan Fuele, à gauche, et le Premier ministre albanais Edi Rama, à droite, lors d'une conférence de presse à Tirana le 4 juin dernier. REUTERS/Arben Celi

L’Albanie obtient le statut de candidat à l’adhésion à l’Union européenne. C’est ce qu’a annoncé la Commission, à Bruxelles, ce mardi 24 juin. Une annonce qui deviendra officielle lors du sommet européen de la fin de la semaine.

Publicité

Le chef du gouvernement socialiste pro-européen, élu il y a tout juste un an, s’est félicité de la nouvelle. « C’est l’amorce d’un grand défi vers le progrès et la prospérité économique », a déclaré Edi Rama, tout en reconnaissant qu’il restait beaucoup de travail et de changements à conduire avant la prochaine étape, c'est-à-dire l’ouverture des négociations d’adhésion.

Cette décision est la reconnaissance des efforts de réforme et un engagement à faire plus

Stefan Fuele, commissaire chargé de l'Elargissement

L’Albanie attendait ce feu vert depuis 2009. Mais la route sera encore longue, l’ouverture de négociations concrètes n’interviendra pas avant fin 2015. Ce statut de candidat est une reconnaissance des efforts de réforme entrepris par le nouveau gouvernement, mais, comme l'a souligné le commissaire à l’élargissement Stefan Fuele, c’est aussi un engagement à faire davantage.

Ancrage d'un Etat de droit

Les défis sont immenses. L’un des plus ambitieux est la réforme de la justice et l’ancrage d’un Etat de droit. « Cela prendra dix ans, a prévenu Edi Rama, mais nous le ferons et nous rejoindrons l’UE. »

Il faudra aussi endiguer la corruption, moderniser la police, le système éducatif… Mais l’Albanie aura surtout fort à faire pour éradiquer deux fléaux : la criminalité organisée et le trafic de drogue.

Dans ce domaine, le gouvernement a marqué un point important la semaine dernière. Après cinq jours de combats, la police a pris le contrôle du village de Lazarat, 2 200 habitants, bastion armé de la production de cannabis. Lazarat produit 900 tonnes de cannabis par an, dont la valeur à la revente représente presqu’un tiers du produit intérieur brut (PIB) du pays.

→ A (RE)LIRE : Offensive de la police au royaume du cannabis

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail