Accéder au contenu principal
ALLEMAGNE

Allemagne: les députés approuvent l'instauration d'un salaire minimum

Face à la chancellerie allemande, un homme exige l’instauration d’un salaire minimum, «Aucun salaire en-dessous de 8,50 euros de l’heure» peut-on lire, le 30 juin 2014.
Face à la chancellerie allemande, un homme exige l’instauration d’un salaire minimum, «Aucun salaire en-dessous de 8,50 euros de l’heure» peut-on lire, le 30 juin 2014. REUTERS/Thomas Peter
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les députés allemands ont adopté, ce jeudi 3 juillet, à une écrasante majorité, la loi établissant un salaire minimum, salaire qui s'élève à 8,50 euros bruts de l'heure. Une première en Allemagne. Mais cette loi n'entrera pleinement en vigueur qu'en 2017, et certaines catégories d'actifs sont d'ores et déjà exclues.

Publicité

Avec 535 voix pour (sur 601 suffrages exprimés), le Bundestag ouvre donc la voie à l'application d'un salaire minimum en Allemagne, une mesure phare du gouvernement de « grande coalition » Merkel III.

Le salaire minimum allemand garantit à un employé un revenu de 8,50 euros de l'heure. Il entre en vigueur au 1er janvier 2015, mais il faudra attendre 2017 pour que la loi s'applique à tous. Toutes les catégories d'actifs ne sont pas toutefois concernées. C'est le cas, notamment, des moins de 18 ans, qui sont fortement incités à effectuer leur apprentissage ou à faire leurs études. Sont exclus également les stagiaires, les apprentis en formation, et les chômeurs de longue durée.

Quant aux saisonniers, ils percevront le salaire minimum, mais les agriculteurs pourront en déduire le gîte et le couvert. Et puis, les livreurs de journaux verront leur salaire un peu mieux valorisé chaque année, jusqu'à ce qu'ils touchent 8,50 euros en 2017.

Un accord de branche garantit deux ans de sursis aux chauffeurs de taxi et à leurs employeurs. Un éventuel ajustement du salaire minimum pourrait intervenir en 2017. Des contrôles sur le marché du travail devraient permettre de surveiller l'application de la loi par les entreprises.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.