Accéder au contenu principal
RENSEIGNEMENT

Le renseignement allemand confirme que Washington l’a espionné

Après la mise sur écoute du portable d'Angela Merkel, un agent double a été arrêté au sein des services secrets allemands.
Après la mise sur écoute du portable d'Angela Merkel, un agent double a été arrêté au sein des services secrets allemands. REUTERS/Pawel Kopczynski
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les relations entre l'Allemagne et les Etats-Unis vont connaître certainement un nouveau trou d'air. Après la mise sur écoute du portable d'Angela Merkel, un responsable des services de renseignement allemands (BND) confirme dans la presse ce dimanche qu'un de leurs agents, arrêté mercredi dernier 2 juillet, a bien espionné pour le compte des Etats-Unis. En deux ans, il aurait transmis plus de 200 documents à la CIA.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Luc André

Le jeune homme de 31 ans était affecté au service technique du BND, les services de renseignement allemands . Selon l'un de ses responsables interrogé par le journal FAZ, l'agent a contacté de lui-même en 2012 l'ambassade américaine à Berlin. Lors d'une perquisition à son domicile, les enquêteurs ont découvert un système de cryptage sur l'ordinateur de l'agent double et une clé USB contenant les documents copiés. Le jeune homme, partiellement handicapé, avait un besoin maladif de reconnaissance, explique sa hiérarchie.

Cet agent double aurait même pu être triple. Il avait aussi pris contact avec l'ambassade russe fin mai et c'est ainsi qu'il s'est fait coincer. Son courrier électronique a été intercepté par le contre-espionnage allemand. Ironie de l'histoire, les Allemands ont demandé de l'aide aux Etats-Unis pour découvrir le fautif. Sans surprise a posteriori, la requête est restée lettre morte.

Cette affaire est une nouvelle épreuve pour les liens entre Berlin et Washington. Le gouvernement d'Angela Merkel a avalé la couleuvre du scandale des écoutes de la NSA au nom de l'alliance transatlantique. Mais là, « ça suffit », s'est insurgé le président de la République Joachim Gauck. En déplacement en Chine, la chancelière a fait elle aussi part de sa déception.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.