Ukraine / Russie

Un avion militaire ukrainien abattu, Moscou pointé du doigt

Des fragments de l''avion ukrainien An-26, près du village de Davido-Nikolsk, dans la région de Lougansk.
Des fragments de l''avion ukrainien An-26, près du village de Davido-Nikolsk, dans la région de Lougansk. AFP PHOTO/ STEPHANE ORJOLLET
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Tension dans l'Est de l'Ukraine. L'armée poursuit ses opérations autour de Lougansk, une des principales villes contrôlées par les pro-russes. Une région où les combats sont particulièrement acharnés. Dernier épisode ce lundi 14 juillet : un avion de transport de troupes ukrainien a été abattu. Une opération de recherche est en cours. Kiev accuse directement la Russie.

Publicité

Les insurgés pro-russes disposent d’armements performants, et notamment de missiles sol-air portables, mais ce matériel n’est pas en mesure d’abattre un avion qui vole à une altitude de 6 500 mètres. Les tirs provenaient donc « vraisemblablement » du territoire russe. C’est en tout cas l’hypothèse que fait la présidence ukrainienne, se fondant sur des informations transmises par le ministère de la Défense. Selon un porte-parole militaire ukrainien, il pourrait s’agir d'un missile sol-air Pantsir, ou d'un missile autoguidé X-24 air-air qui aurait pu être tiré par un avion russe parti de l'aéroport de Millerovo.

L'appareil ukrainien s’est écrasé près d’un village de la région de Lougansk, tout près de la frontière russe. L’équipage, dont une partie au moins a pu gagner le sol en parachute, a établi un contact avec l'état-major ukrainien. On ignore, pour le moment, combien de personnes étaient à bord de cet Antonov 26.

Quelles que soient les circonstances de l’attaque, il s’agit, en tout cas, d’un nouveau coup dur pour l’armée ukrainienne qui tente de resserrer son étau autour de la ville de Lougansk, à une cinquantaine de kilomètres plus à l’ouest.

Ces dernières heures, à l'issue d'intenses combats, les forces gouvernementales avaient gagné du terrain et annoncé avoir débloqué l’aéroport de la ville qui était encerclé par les séparatistes depuis plusieurs semaines.

→ A (RE) LIRE : Le ton monte à la frontière entre l'Ukraine et la Russie

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail