Accéder au contenu principal
Italie

Italie: l’épave du Concordia est arrivée dans le port de Gênes

L'épave du Concordia fait son entrée dans le port de Gênes, ce dimanche 27 juillet.
L'épave du Concordia fait son entrée dans le port de Gênes, ce dimanche 27 juillet. REUTERS/ Stefano Rellandini
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L’épave du paquebot Concordia est entrée ce dimanche dans le port de Gênes où elle doit être démontée, deux ans et demi après le naufrage qui a coûté la vie à 32 personnes à 280 km au large des côtes italiennes. L’opération de renflouement et de démantèlement de l’épave coûtera au total 1,5 milliard d’euros.

Publicité

Le dernier voyage du Costa Concordia s’est terminé ce dimanche 27 juillet lorsque l’épave du paquebot est entrée dans le port de Gênes, en Italie, après 280 kilomètres parcours le long des côtes italiennes, poussées par deux puissants remorqueurs.
Le naufrage du Concordia est survenu dans la nuit du 13 janvier 2012, avec 4 200 passagers à son bord. 32 personnes ont trouvé la mort ce jour-là.

Si le naufrage a provoqué un véritable scandale en Italie, l’enlèvement et le traitement de l’épave, qui a quitté l’île de Giglio le 23 juillet dernier, a aussi été l’objet de polémiques. L’épave de 44 612 tonnes, longue de 290 mètres et large de 38 mètres, est en effet remplie de matériaux polluants. La ministre française de l’Environnement, Ségolène Royal, s’était notamment inquiétée d’une éventuelle pollution, provoquant en réponse une vive réaction de la part du gouvernement italien.

Coût des opérations : 1,5 milliard d'euros

Les opérations menées par un consortium américano-italien - Titan-Micoperi - sous la conduite de l’armateur Costa, coûteront au total 1,5 milliard d’euros. Après le relèvement de l’épave, son transport, l’heure de son démantèlement est donc arrivée. Une partie des métaux récupérables seront vendus à des groupes sidérurgiques, tandis que les pièces les plus emblématiques du navire pourraient être données à des musées. « L'opération n'a pas été facile », a souligné Matteo Renzi, le président du Conseil italien. « Elle a été faite par une Italie qui, quand elle s'y met, est capable de faire vraiment de tout et de nous étonner en bien ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.