Ukraine

Une fosse commune découverte à Sloviansk, ancien bastion séparatiste

Des policiers ukrainiens près d'un ancien site utilisé par des séparatistes dans un village près de Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine, le 14 juillet dernier.
Des policiers ukrainiens près d'un ancien site utilisé par des séparatistes dans un village près de Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine, le 14 juillet dernier. REUTERS/Gleb Garanich

La vie a repris à Sloviansk, ancien bastion des rebelles séparatistes de l'est de l'Ukraine, qui a alimenté rumeurs et fantasmes pendant près de trois mois. L'étendue de l'anarchie et de la terreur qui y régnait commencent à être révélées. Une fosse commune a été découverte le 25 juillet. Selon le chef de la police, il y en aurait plus, éparpillées à travers la ville.

Publicité

Avec notre correspondant à Sloviansk, Sébastien Gobert

C’est un petit carré de terre fraîchement retourné, à l’entrée d’un parc boisé, qui indique l’ancien emplacement de la première fosse commune de Sloviansk. Quatorze corps, dont celui d’une femme, ont été déterrés sur indication des habitants. Sur place, il n’y a plus personne, en cette fin de dimanche après-midi. Les identifications sont en cours ailleurs. Le nouveau chef de la police locale, Igor Rybalchenko, joint par téléphone, affirme que les habitants ne souhaitent pas oublier pour autant.

Des dizaines de plaintes par jour

Ses services reçoivent des dizaines de plaintes par jour, principalement des témoignages de cambriolages et d’intimidations menés sous le règne séparatiste. Mais aussi des indications que d’autres corps enterrés, ici ou là. Igor Rybalchenko relève les adresses et progresse, petit à petit. « Je pense que l’on ne peut pas commencer avant une semaine. Il faut terminer l’identification des premiers corps, ainsi que notre enquête. Et seulement après, nous commencerons à chercher les autres dépouilles. »

L’identification des corps et le recoupement des témoignages devraient permettre de comprendre, au moins partiellement, ce qu’il s’est passé sous le règne des insurgés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail