Accéder au contenu principal
Allemagne

Allemagne: annulation d’un projet militaire avec la Russie

Le ministre allemand de l'Economie et président du parti social-démocrate, Sigmar Gabriel,  avec la Chancelière Angela Merkel, le 24 juin 2014.
Le ministre allemand de l'Economie et président du parti social-démocrate, Sigmar Gabriel, avec la Chancelière Angela Merkel, le 24 juin 2014. REUTERS/Thomas Peter
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Berlin confirme sa décision de bloquer un projet d'équipement militaire du groupe de défense Rheinmetall en Russie. Le projet avait déjà été suspendu au printemps. Cette décision concernant un contrat antérieur aux récentes sanctions européennes contre la Russie pourrait augmenter la pression sur Paris qui compte livrer un porte-hélicoptères Mistral à la Russie en raison d’un contrat ancien.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

L’information a été révélée ce lundi matin par le quotidien Süddeutsche Zeitung et a depuis été confirmée. Le projet de camp d’entraînement que la société Rheinmetall devait livrer clé en main à Moscou cette année n’est pas autorisé. Ce projet d’un montant de 100 millions d’euros devait permettre d’accueillir et de former 30 000 soldats russes issus d’unités d’infanterie et de blindés chaque année.

Le ministre de l’Economie et président du parti social-démocrate, Sigmar Gabriel, confirme ainsi sa politique restrictive critiquée par les industriels de l’armement allemand. Sigmar Gabriel, qui a pour cette raison aussi été critiqué par des responsables conservateurs, a précisé que sa décision avait le soutien de la chancelière. Aucun détail n’a été donné sur d’éventuelles demandes de dommages et intérêts de la société Rheinmetall.

En interdisant ce contrat, Berlin va plus loin que le régime de sanctions adoptées la semaine dernière par l’Union européenne et qui ne concernait pas d’anciens contrats. Paris veut en revanche honorer le contrat de livraison d’un porte-hélicoptères Mistral à la Russie ce qui a été critiqué dans la presse allemande et par certains parlementaires. Interrogé à ce sujet, les porte-parole de la chancelière et du ministre de l’Economie se sont bien gardé ce matin de prendre position sur le sujet.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.