Accéder au contenu principal
Allemagne

Berlin: des salaires trop bas pour le commissaire européen à l’Emploi

Le commissaire européen à l'Emploi Laszlo Andor demande à l'Allemagne d'élever les salaires.
Le commissaire européen à l'Emploi Laszlo Andor demande à l'Allemagne d'élever les salaires. Commission européenne
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le commissaire européen à l'Emploi joint sa voix au concert de ceux qui demandent à l'Allemagne d'augmenter ses salaires pour tenter de relancer la croissance en Europe. Laszlo Andor a fait cette déclaration dans un entretien accordé au journal allemand Welt am Sonnetag paru le 17 août. Mais le patronat allemand fait la sourde oreille.

Publicité

Laszlo Andor, le commissaire européen à l'Emploi, est le dernier en date à plaider pour une hausse des salaires en Allemagne, où le chômage est à un niveau très bas et où la modération salariale est de mise depuis plusieurs années.

Mais il n'est pas le seul à souhaiter stimuler le pouvoir d'achat des Allemands pour entraîner la croissance de ses voisins européens. L'économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE) s'est également prononcé dans le même sens, sans compter les sollicitations de François Hollande.

En Allemagne, même le patron de la Bundesbank, la banque fédérale, a estimé qu'au vu de la situation de l'économie allemande, les salaires pouvaient raisonnablement progresser de 3%. Les sociaux-démocrates vont aussi dans ce sens.

Mais le patronat allemand n'est pas de cet avis. Il met en avant les mauvais résultats de croissance publiés récemment et met en doute l'effet d'entraînement qu'aurait une relance de la consommation en Allemagne sur les autres européens. La saison des négociations salariales qui va débuter en Allemagne promet de beaux échanges patronat-syndicats.

La question salariale est affaire compliquée en Allemagne. L’Assemblée nationale a adopté au mois de juillet le principe du salaire minimum. Quatre millions de travailleurs allemands toucheront à partir de janvier 2015 un salaire minimum de 8,50 euros brut de l’heure.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.