Estonie

Crise ukrainienne: Barack Obama à Tallinn pour rassurer les Baltes

Barack Obama est accueilli à son arrivée à Tallinn par le ministre estonien des Affaires étrangères Toomas Kahur, le 3 septembre 2014.
Barack Obama est accueilli à son arrivée à Tallinn par le ministre estonien des Affaires étrangères Toomas Kahur, le 3 septembre 2014. AFP/Saul Loeb

Barack Obama est arrivé dans la nuit de mardi à mercredi à Tallinn, en Estonie. Une escale dans les pays baltes pour rassurer les pays d'Europe de l'Est inquiets des tensions entre l’Ukraine et la Russie, et de la montée de ce que certains qualifient d’« expansionnisme » russe. Barack Obama se rendra ensuite au Pays de Galles pour un sommet de l’Otan.

Publicité

Jeudi et vendredi, Newport, au Pays de Galles, accueillera un sommet des 28 membres de l’Otan qui sera très largement consacré à la crise ukrainienne. Le président Petro Porochenko sera présent. Le président russe Vladimir Poutine, qui se défend toujours d’une intervention directe de la Russie sur le territoire ukrainien, a prévenu que la Russie réagirait à toute « menace » venant du renforcement des moyens de l'Otan en Europe de l'Est.

La situation en Ukraine inquiète beaucoup les pays voisins. Tandis que la Pologne a adopté une attitude de fermeté à l’égard de Moscou, l'Estonie, la Lituanie et la Lettonie redoutent que la politique de Moscou dans la région ne les déstabilise aussi. La visite de Barack Obama est donc accueillie avec bienveillance. « La décision de venir ici est déjà en soi une déclaration de principe, explique l’ancienne présidente de la Lettonie Vaira Vike-Freiberga. C'est-à-dire que si par malheur la France ou l’Allemagne ou n’importe qui d’autre en Europe décidait de nous abandonner, comme on l’a fait en 1945, il y aura quelqu’un qui s’intéresse à notre sort et qui est prêt à remplir ce que dit textuellement l’article 5 de l’Otan : que le territoire de l’Union européenne, et surtout celui de l’Otan, est un territoire de défense commune et donc que n’importe quelle agression envers l’un des pays membres sera bel et bien interprétée comme une agression contre l’Otan dans son entièreté, et donc que l’Otan devra réagir en conséquence ».

« La politique de Moscou déstabilise l'Europe entière »

Sur le territoire ukrainien, les combats continuent dans les régions de Lougansk, Marioupol et Donetsk. Au moins quinze soldats ukrainiens ont été tués au cours des dernières 24 heures, et plus de 50 ont été blessés. Le rapport de force militaire entre l'armée nationale et les séparatistes a complètement changé ces derniers jours, avec de nombreux revers subis par les troupes ukrainiennes.

« Je pense que Moscou devrait faire peur à tout le monde, parce que les actions qu’elle a entrepris depuis plusieurs mois indiquent un expansionnisme qui ne menace pas que les pays limitrophes de la Russie, mais aussi l’ordre établi en matière de relations internationales, poursuit Vaira Vike-Freiberga… La politique de Moscou déstabilise l’Europe entière. Elle déstabilise le continent et pose des menaces graves sur l’est du continent ». L'ancienne présidente de la Lettonie rappelle l'exemple de la Géorgie en 2008. « On se souviendra que le président Sarkozy avait signé un accord en six points, si je m’en souviens bien, sur ce qu’il fallait faire après l’arrêt du conflit. Or, la Russie n’a pas rempli ses engagements ».

→ à (re)lire : Moscou menace l'Ukraine d'être la nouvelle Géorgie

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail