Ukraine

Les grandes manoeuvres de l'Otan dans l'ouest de l'Ukraine

Un soldat de l'armée lettone tient un drapeau aux couleurs de l'Otan, lors de l'anniversaire de l'entrée du pays dans l'organisation, à Riga, le 29 mars 2014.
Un soldat de l'armée lettone tient un drapeau aux couleurs de l'Otan, lors de l'anniversaire de l'entrée du pays dans l'organisation, à Riga, le 29 mars 2014. REUTERS/Ints Kalnins
Texte par : Sébastien Gobert
4 mn

L'Otan est en Ukraine, en tout cas dans son extrême-ouest, très loin de la zone de guerre dans le Donbass. Plusieurs de ses Etats-membres y conduisent des exercices conjoints avec les forces armées ukrainiennes. L'opération intitulée Rapide-Trident 2014 n'est bien sûr pas innocente. C'est une manière pour les alliés de l'Ukraine de montrer leurs muscles, sans toutefois s'investir dans le conflit.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Lviv,

Ces exercices consistent en une série de manœuvres et de simulations militaires de grande ampleur, qui regroupent plus de 1 200 soldats venus de 15 pays différents. Pas seulement de l'Otan, puisqu'il y a des délégations de Moldavie, de Géorgie ou encore d'Azerbaïdjan. Le plus gros contingent après les Ukrainiens, ce sont les Etats-Unis qui ont dépêché environ 200 hommes. On peut noter que la France ne prend pas part à ces exercices.

Aucune présence de l'Otan dans l'est

Pendant ces manoeuvres, le but officiel est de développer l'interopérabilité des forces armées en présence. Les exercices vont durer dix jours et porter sur des questions de sécurité autour d'engins explosifs, de formation de convois et de patrouilles. Aucun exercice de tir n'est prévu au programme, les organisateurs ont bien insisté là-dessus. Evidemment, tout cela se fait avec des arrières-pensées évidentes : le général ukrainien en charge de la base de Yavoriv, où tous ces soldats sont rassemblés, a bien replacé les exercices dans le contexte de la guerre du Donbass, à plus de 1 000 kilomètres de là.

Pour la petite histoire, la page Facebook du ministère de l'Intérieur ukrainien affichait un petit commentaire ironique hier, en soulignant que, enfin, pour une fois, la propagande russe avait raison : il y a désormais des troupes américaines en Ukraine. Le Kremlin a accusé les Américains de soutenir les Ukrainiens depuis le début de la révolution de l'EuroMaidan il y a presque un an. Mais non, ces soldats ne vont pas aller sur la zone de tensions, le haut commandement de l'Alliance l'a répété à plusieurs reprises, afin de ne pas placer des troupes de l'Otan à portée de kalachnikov de l'armée russe.

D'une manière indirecte par contre, le message est clair. Ces exercices interviennent juste après des manœuvres conjointes des flottes ukrainiennes et américaines dans la mer Noire, et alors que le ministère de la Défense ukrainien vient tout juste de confirmer que plusieurs Etats-membres de l'Otan sont en train de livrer des armes à l'Ukraine, destinées au front de l'Est. Le ministre rappelle que ces livraisons ne sont pas faites au nom de l'Alliance, et il ne divulgue aucun nom d'Etat-membre. Mais après des longs mois d'hésitation, on dirait bien que certains alliés occidentaux de l'Ukraine intensifient leur soutien.

Un impact très positif sur l'opinion publique

Que ce soient ces exercices ou la suspension de la vente des Mistral français à la Russie, les dernières nouvelles venues de l'Ouest sont très bien accueillies par une population qui se sent du coup moins seule et qui considère de plus en plus adhérer à l'Otan, selon les derniers sondages d'opinion. Mais la question divise énormément un pays qui est déjà au bord de la partition.

De plus, l'Otan ne peut accepter de nouveau membre qui souffre d'un conflit territorial. Donc l'Ukraine est disqualifiée d'office, d'autant que le cessez-le-feu à l'est est toujours aussi fragile. Rappelons-le, au moins six civils ont été tués dans des affrontements à Donetsk dans les dernières 48 heures. L'Ukraine est toujours, de facto, dans un état de guerre. Et, malgré les discours, les exercices militaires et des livraisons d'armes encore indéfinies, c'est au pays de régler ses propres problèmes. L'Ukraine est bel et bien seule dans cette guerre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail