Accéder au contenu principal
Royaume-Uni

Royaume-Uni: union sacrée à Londres pour contrer le «oui»

Ambiance de campagne sur une demeure de l'île écossaise de North Uist.
Ambiance de campagne sur une demeure de l'île écossaise de North Uist. REUTERS/Cathal McNaughton
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Ce mardi 16 septembre au matin, les trois partis traditionnels britanniques ont publié une déclaration conjointe solennelle promettant une autonomie accrue aux Ecossais s'ils votent « non » à l'indépendance. Cet engagement, publié en Une du principal quotidien écossais, le Daily Record, réitère des propositions qui permettent le transfert de nouveaux pouvoirs à Edimbourg. A 48 heures du scrutin, le camp du « oui » et celui du « non » sont toujours au coude-à-coude.

Publicité

Tous les moyens sont bon désormais pour soutenir le camp du « non ». Les dirigeants des trois grands partis britanniques conservateurs, libéraux et travaillistes se sont offert une tribune dans la presse écossaise. Ce matin dans le Daily Record, David Cameron, Nick Clegg et Ed Miliband s’engagent ensemble à offrir une plus grande autonomie à l’Ecosse.

Le Parlement écossais aurait plus de pouvoir et le système de santé auxquels les écossais sont très attachés serait préservé. Cette « méga décentralisation » est une offre qui pourrait séduire les indécis et stopper la dynamique du « oui ». Pour les indépendantistes, ce sont des promesses qui arrivent un peu tard et le « oui » est la seule garantie d’avoir plus de pouvoir.

« J’ai toujours dit, réplique David Cameron, que si ‘Ecosse votait "non" à l’indépendance, le reste du Royaume-Uni dirait "oui" à plus de décentralisation ». Pour les deux camps, toujours au coude-à-coude, il reste moins de 48 heures pour convaincre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.