Accéder au contenu principal
Royaume-Uni

Royaume-Uni: Cameron promet des réductions d'impôts

Le Premier ministre britannique David Cameron rappelle à l'ordre les grands groupes internet dans la lutte contre le terrorisme, ici à Birmingham, en octobre 2014.
Le Premier ministre britannique David Cameron rappelle à l'ordre les grands groupes internet dans la lutte contre le terrorisme, ici à Birmingham, en octobre 2014. REUTERS/Luke MacGregor
Texte par : RFI Suivre
2 mn

David Cameron a profité de son discours de clôture du Congrès conservateur à Birmingham pour lancer la campagne des législatives de mai 2015. Enumérant le programme des conservateurs durant les 5 prochaines années s’ils sont réélus, le Premier ministre a promis moins d’impôts pour quelque trente millions de Britanniques et une ligne intransigeante face à Bruxelles. Après les départs d'un député et d'un secrétaire d'Etat, David Cameron a perdu mercredi, en plein congrès annuel de son parti, le soutien d'un important donateur, l'homme d'affaires Arron Banks qui vient d'annoncer son soutien désormais à Ukip, formation hostile au maintien de la Grande-Bretagne dans l'UE.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Après avoir laissé son ministre des Finances annoncer les mauvaises nouvelles lundi, David Cameron s’est chargé d’abreuver son public de promesses diverses et variées à commencer par des baisses d’impôts significatives en faveur des classes moyennes et la protection du budget alloué aux services de santé. Mais le chef du gouvernement sait aussi que les électeurs conservateurs veulent un discours ferme concernant l’Union européenne :

« Grande-Bretagne, je sais que vous voulez régler ça une bonne fois pour toutes : j’irai donc à Bruxelles, il n’y aura pas de non qui tienne et en ce qui concerne la libre circulation j’obtiendrai ce dont notre pays a besoin ».

Au passage David Cameron a annoncé que les conservateurs remplaceraient la Convention européenne des droits de l’homme par une nouvelle loi britannique. Enfin, aux électeurs tentés par le parti Ukip de Nigel Farage, le Premier ministre a adressé cette mise en garde :

« Le 7 mai prochain, vous pourriez aller au lit avec Nigel Farage et vous réveiller avec Ed Miliband… Je ne sais pas vous, mais moi ça ne le fait pas !»

Autrement dit, un vote pour le Ukip revient, selon lui, à permettre l’élection du Parti travailliste et de son dirigeant, Ed Miliband. La hache de guerre est donc déterrée et en lançant cette campagne agressive, David Cameron est déterminé à couper l’herbe sous le pied de ses opposants.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.