Ukraine

Nouveaux affrontements autour de l’aéroport de Donetsk en Ukraine

Les combats entre armée régulière et forces pro-russes ont fait 10 morts, mercredi 1er octobre, dans un quartier de Donetsk à quelque kilomètres de l'aéroport, lorsque des projectiles se sont abattus sur un arrêt d'autobus et une école.
Les combats entre armée régulière et forces pro-russes ont fait 10 morts, mercredi 1er octobre, dans un quartier de Donetsk à quelque kilomètres de l'aéroport, lorsque des projectiles se sont abattus sur un arrêt d'autobus et une école. REUTERS/Shamil Zhumatov
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Ukraine, le cessez-le-feu a bien du mal à s'imposer dans l'Est où se font face l'armée régulière et les rebelles pro-russes. Dix civils ont été tués mercredi 1er octobre. D'intenses échanges de tirs à l'arme lourde ont repris avant l'aube autour de l'aéroport de Donetsk. Selon les responsables militaires ukrainiens, les rebelles ont lancé un nouvel assaut. La bataille pour le contrôle de ce lieu stratégique fait rage.

Publicité

Quatre attaques ont été repoussées mercredi 1er octobre. Et une nouvelle offensive est en cours depuis l'aube ce jeudi autour de l'aéroport de Donetsk. Les séparatistes affichent leur détermination. Hier, soir au cours d’une émission de télévision, le commandant du bataillon de volontaires ukrainiens Donbass, Semion Semiontchenko soutenait que les forces pro-russes avaient pris possession des deux aérogares. Une information démentie par le porte-parole de l’armée ukrainienne.

Un aéroport stratégique

Selon Andrij Lyssenko, le porte-parole de l'armée ukrainienne, les forces loyalistes contrôlent toujours l’aéroport de Donetsk et continuent d’être approvisionnées en munitions et en vivres. Les unités rebelles mènent l'assaut par le sud. Elles ont notamment installé des lance-roquettes dans des immeubles d’habitation du quartier Kievski, qui essuie régulièrement des tirs. C’est là qu’hier dix civils ont été tués, à un arrêt d'autobus et dans une école.

L’aéroport de Donetsk revêt une importance stratégique pour les deux parties. « Dans deux-trois jours maximum, il passera sous notre contrôle », prédit le Premier ministre de la République populaire autoproclamée de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko. Une perspective qui inquiète les capitales occidentales. La chancelière allemande, Angela Merkel a téléphoné dans la nuit à Vladimir Poutine et lui a rappelé que la Russie devait s’engager à contenir les séparatistes pro-russes. Une source proche du gouvernement allemand a par ailleurs confié à l’agence Bloomberg, que les Européens envisageaient des sanctions supplémentaires contre Moscou si les insurgés prenaient l’aéroport de Donetsk.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail