Accéder au contenu principal
Otan

Le nouveau chef de l'Otan en visite en Pologne: un choix symbolique

Jens Stoltenberg, le nouveau chef de l'Otan, sur la base de Lask en Pologne, le 6 octobre 2014.
Jens Stoltenberg, le nouveau chef de l'Otan, sur la base de Lask en Pologne, le 6 octobre 2014. REUTERS/Kacper Pempel
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le nouveau secrétaire général de l'Otan a effectué sa première visite internationale hier, lundi. Le Norvégien Jens Stoltenberg était en Pologne où il a notamment rencontré le chef de l'État, le Premier ministre, ainsi que le chef de la diplomatie polonaise. Une visite symbolique et très attendue par la Pologne qui compte sur une présence accrue de l'Otan sur son territoire depuis le début de la crise ukrainienne.

Publicité

Avec notre correspondant à Varsovie, Damien Simonart

Jens Stoltenberg l'a répété toute la journée à ses interlocuteurs polonais : l'Otan respectera tous ses engagements en matière de sécurité. Le président Bronislaw Komorowski a annoncé qu'une partie du bouclier antimissile américain serait construit en Pologne d'ici 2020 pour un investissement dépassant les 30 milliards d'euros. Une décision saluée par le nouveau chef de l'Otan :

« Vous êtes un contributeur clé à notre système de défense antimissile, a affirmé Jens Stoltenberg. Nous allons maintenir une présence et une activité continue dans la partie est de notre alliance ».

Lundi après-midi, le nouveau secrétaire général de l'Otan s'est rendu dans une base militaire où stationnent des forces de l’Alliance. Il y a rencontré des pilotes d'avion de chasse polonais, américains ou encore canadiens, puis visité un avion-radar Awacs, fleuron de la technologie américaine. L'occasion d'inciter les membres de l'Otan à investir plus dans l'armée. « Je sais que c'est difficile, a-t-il concédé, qu'il y a toujours l'austérité, mais la sécurité et la défense sont des domaines vitaux, donc nous devons arrêter les réductions dans ces budgets et graduellement les augmenter ».

Dans le climat de tension qui règne avec la Russie, Jens Stoltenberg a assuré que les manœuvres de l'Otan en Pologne n'ont qu'un caractère défensif. Dans le même temps, un responsable de l'Alliance a révélé que le nombre d'interceptions d'appareils russes au-dessus des mers Noire et Baltique par des avions de chasse de l'Otan avait doublé au cours des neuf derniers mois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.