Accéder au contenu principal
Portugal

Portugal: premier congrès mondial des homosexuels catholiques

Le drapeau arc-en-ciel, emblème de la communauté LGBT.
Le drapeau arc-en-ciel, emblème de la communauté LGBT. REUTERS/Antonio Bronic
Texte par : Marie-Line Darcy
3 mn

Le premier congrès mondial des associations des homosexuels catholiques se déroule à Portimão, au sud du Portugal. Cet événement se tient en parallèle d'un synode sur la famille au Vatican.

Publicité

De notre correspondante à Lisbonne, Marie-Line Darcy

Environ trente représentants d’associations d’homosexuelles catholiques participent au congrès. Certains sont sur place, d’autres sont connectés par vidéo conférences. Des pays comme la France, les Etats-Unis, le Mexique, le Pérou, l’Espagne ou encore le Brésil, l’Italie et la Pologne sont représentés à ce congrès qui se déroule à Portimão, une station balnéaire à l’extrême sud du Portugal. C’est l’association portugaise Rumos Novos (Nouvelles orientations) qui est à l’origine de cette rencontre plutôt inédite.

L’objectif est de pouvoir envoyer au pape une lettre demandant à ce que les homosexuels soient reconnus par l’Eglise comme des paroissiens comme les autres. Et ainsi être autorisés à prendre part aux activités normales et habituelles de la paroisse. Pour les organisateurs il est indispensable d’obtenir un changement radical d’attitude de l’éEglise envers les homosexuels catholiques.

Au même moment, un synode sur la famille au Vatican

Les associations d’homosexuels catholiques ont envoyé une lettre au pape il y a quelques mois pour le remercier d’avoir montré des signes d’ouverture à la cause homosexuelle. La date choisie pour ce congrès n'est donc pas un hasard : le congrès portugais veut pouvoir contribuer au débat voulu par le Vatican.

Les homosexuels catholiques se trouvent confrontés à une double négation, celle de leur foi et celle de leur choix sexuel. L’Eglise ne reconnait pas cette différence, encore moins le mariage homosexuel, l’adoption et la procréation médicalement assistée. Et de leur côté, les homosexuels s’interrogent sur la nécessité d’adhérer à une Eglise qui les rejette. Et même si l’Eglise assouplissait sa position face à cette différence, elle pourrait obliger les homosexuels à respecter le célibat et même l’abstinence.

A ce stade, les organisateurs du congrès portugais veulent créer le WHOCA, organisation mondiale des associations d’homosexuels catholiques et la doter de statuts. En clair, créer un groupe de pression pour faire évoluer les mentalités.

Une demande de plus d'ouverture

Alors qu'en France, le mariage homosexuel fait encore débat, curieusement, le Portugal fait figure de précurseur sur ces questions. Le mariage homosexuel civil y est légal depuis mai 2010.

En revanche, l’adoption d’enfants par des couples de même sexe a été rejetée. L’Eglise portugaise est officiellement contre le mariage gay, mais la société portugaise a fait part d’une certaine liberté de ton. Cela vient de se confirmer encore avec le résultat au questionnaire sur la famille envoyé aux fidèles en préparation du synode de Rome. 14 000 réponses au Portugal et très clairement une demande de plus d’ouverture et d’inclusion.

A Rome, le pape François sera sans doute confronté aux plus conservateurs des évêques menacés dans leurs prérogatives. Et l’homosexualité, thème fracturant s’il en est, pourrait bien crisper tous les débats.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.