Ebola / Royaume-Uni

Ebola: renforcement contesté des contrôles au Royaume-Uni

Le ministre de la Santé Jeremy Hunt, lors de son arrivée à une réunion gouvernementale sur Ebola, le 8 octobre 2014.
Le ministre de la Santé Jeremy Hunt, lors de son arrivée à une réunion gouvernementale sur Ebola, le 8 octobre 2014. REUTERS/Luke MacGregor
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La Grande-Bretagne a annoncé jeudi soir l’introduction d’un dépistage renforcé des voyageurs en provenance des pays affectés par l’épidémie d’Ebola dans certains de ses aéroports et gares ferroviaires. Mais, pour certains experts, ces tests sont une perte de temps et d’argent.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Les services du Premier ministre ont annoncé dans un communiqué publié à la hâte jeudi soir que les passagers en provenance du Libéria, de Sierra Leone et de Guinée arrivant aux aéroports d’Heathrow et de Gatwick, mais aussi ceux arrivant sur le sol britannique par Eurostar seraient désormais soumis à un « dépistage renforcé ». Ces passagers devront détailler leurs récents mouvements et pourront aussi subir un examen médical.

Mais ce dispositif reste assez flou. On ne sait pas encore par exemple qui exactement pratiquera les examens médicaux, ni pourquoi les autorités n’ont pas prévu ces dépistages dans les ports et les autres aéroports britanniques. Surtout, le gouvernement semble agir dans la précipitation et sous l’intense pression de certains députés qui ont appelé à imiter les Etats-Unis, alors que Londres avait jeudi matin encore exclu l’introduction de tels dépistages, indiquant suivre l’avis de l’Organisation mondiale de la santé.

Cette soudaine volte-face maladroite a d’ailleurs provoqué l’agacement de nombreux experts médicaux qui estiment ces tests de dépistage inutiles et coûteux. Ils font remarquer que la période d’incubation de la maladie va jusqu’à 21 jours. Si une personne présente des symptômes, les tests actuellement pratiqués dans le pays qu’ils quittent peuvent dépister la maladie. Refaire un test à l’arrivée après quelque 10 heures de vol ne servira donc à rien.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail