Accéder au contenu principal
Royaume-Uni / UE

Royaume-Uni: le triomphe de George Osborne accueilli avec scepticisme

Le ministre britannique des Finances George Osborne, à Bruxelles, le 7 novembre 2014.
Le ministre britannique des Finances George Osborne, à Bruxelles, le 7 novembre 2014. REUTERS/Francois Lenoir
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La Grande-Bretagne a obtenu la possibilité vendredi 7 novembre de différer le paiement d’une rallonge de plus de deux milliards d’euros au budget européen. Le ministre britannique des Finances George Osborne est même allé plus loin et s’est vanté d’avoir divisé par deux la facture. Mais ces cris de victoire ont irrité ses partenaires et sont accueillis avec scepticisme en Grande Bretagne.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Le triomphe de George Osborne aura été de courte durée. Après avoir proclamé devant les caméras une double victoire britannique, le ministre des Finances se trouve remis à sa place à la fois par ses partenaires européens, mais aussi ses adversaires politiques au sein de Westminster.

Au sortir du Conseil Ecofin de Bruxelles, George Osborne s’est certes vanté d’avoir obtenu de régler l’addition européenne non pas le 1er décembre prochain, mais en deux fois, en juillet puis en septembre, sans intérêts. Et surtout d’avoir réduit de moitié la facture, un peu plus d’un milliard d’euros. Mais en réalité cette réduction est due au rabais accordé chaque année au Royaume-Uni pour sa contribution.

Passée la surprise face à l’attitude fanfaronne de George Osborne, ce petit détail a vite été rappelé à Bruxelles comme à Londres. Et si le ministre des Finances irlandais par exemple s’est contenté de dire poliment que le montant de l’ajustement britannique n’était pas réduit, en revanche le ton est beaucoup plus assassin au sein de la classe politique britannique. 

Pour Nigel Farage, le dirigeant du parti europhobe UKIP, le gouvernement conservateur trompe les électeurs et sa crédibilité est en train de s’effondrer. Quant à l’opposition travailliste, elle n’hésite pas à dire que George Osborne prend décidément les Britanniques pour des imbéciles. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.