Accéder au contenu principal
Portugal / Justice

Vaste coup de filet anti-corruption au Portugal

Vue générale de Lisbonne.
Vue générale de Lisbonne. Guetty Images / Manfred Gottschalk
Texte par : RFI Suivre
2 mn

De hauts cadres liés á la justice sont soupçonnés d’avoir monté un réseau pour faciliter l’attribution de visas exceptionnels. La police a arrêté, hier jeudi, 11 personnes dans cette affaire.

Publicité

Avec notre correspondant à Lisbonne, Marie-Line Darcy

Parmi les 11 personnes interpellées, on trouve des personnalités importantes. Le patron du Service des frontières et des étrangers, mais aussi des cadres des ministères de la Justice, de l’Environnement et de l’Intérieur. Toutes sont soupçonnées de corruption dans l'affaire des « visas dorés », des visas attribués à des ressortissants non européens, en contrepartie d’achats de biens immobiliers de luxe ou de création d’entreprises.

Plus de 1 600 visas en or ont été attribués depuis leur création en 2012. Des Chinois, des Brésiliens et des Angolais sont les premiers bénéficiaires. L’idée a été lancée par le ministre des Affaires étrangères de l’époque, devenu depuis vice-Premier ministre du Portugal, pour encourager l’investissement dans un pays économiquement exsangue.

L’opération a déjà rapporté 1 milliard d’euros au Portugal. Les 11 inculpés sont de près ou de loin liés à des agences immobilières ou des cabinets d’avocats, et auraient monté un réseau. C’est du moins ce que pense la police qui a mobilisé 140 agents depuis juin sur cette affaire. Au printemps dernier, un Chinois soupçonné appartenir à la mafia de son pays et détenteur d’un « visa doré » avait été arrêté. Créant le premier incident dans cette opération bien huilée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.