Accéder au contenu principal
Portugal

Portugal: les «visas dorés» ont raison du ministre de l'Intérieur

Le ministre de l'Intérieur portugais Miguel Macedo (g), en discussion avec son homologue espagnol le 6 novembre 2013.
Le ministre de l'Intérieur portugais Miguel Macedo (g), en discussion avec son homologue espagnol le 6 novembre 2013. AFP PHOTO / ALBERTO DI LOLLI
Texte par : RFI Suivre
1 mn

Rebondissement dans l’affaire des « visas dorés » au Portugal : le ministre de l’Intérieur Miguel Macedo a démissionné dimanche, quelques jours après l’interpellation de onze cadres et hauts dirigeants de plusieurs ministères soupçonnés de corruption.

Publicité

Avec notre correspondante à Lisbonne, Marie-Line Darcy

Démissionner pour défendre le gouvernement : c’est l’option prise par le ministre de l’Intérieur Miguel Macedo suite à l’opération « Labyrinthe », qui a conduit la police portugaise à interpeller jeudi onze cadres et hauts dirigeants de plusieurs ministères. La police soupçonne une affaire de corruption liée à l’attribution des « visas dorés », des visas accordés à des ressortissants non européens en contrepartie d’investissements immobiliers ou professionnels.

Fonctionnaire des services secrets

Le ministre démissionnaire se défend de tout lien, proche ou lointain, avec l’affaire en cours. Pourtant, il est l’associé du cabinet d’affaires de la secrétaire générale de son ministère, qui fait partie des personnes interpellées. Parmi les onze, on trouve aussi le patron de la police des frontières, le directeur du registre notarial national, et même un fonctionnaire des services secrets.

Le système des « visas dorés » a été lancé en 2012. Il a permis au Portugal d’engranger 1 milliard d’euros. Ce sont des ressortissants chinois, brésiliens et angolais qui ont le plus bénéficié de ces visas, grâce auxquels ils prennent pied en Europe.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.