Accéder au contenu principal
UE / Commission

Polémique sur la suppression du poste de conseiller scientifique de la Commission

Le nouveau président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a présenté aux eurodéputés, les grandes orientations du nouvel exécutif européen, mercredi 22 octobre 2014.
Le nouveau président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a présenté aux eurodéputés, les grandes orientations du nouvel exécutif européen, mercredi 22 octobre 2014. REUTERS/Christian Hartmann
Texte par : RFI Suivre
1 min

La disparition du poste de conseiller scientifique en chef au sein de la Commission européenne provoque la polémique. Anne Glover a été nommée il y a bientôt trois ans par le précédent président de l’institution. Mais la nouvelle équipe a décidé de supprimer cette fonction. Les ONG dénonçaient un conflit d’intérêts et des positions trop proches du monde industriel. Mais pour les scientifiques ce choix est davantage une erreur politique.

Publicité

Avec notre correspondant à Bruxelles, Grégoire Lory

Ce n’est pas tant la personnalité de l’ancienne conseillère scientifique en chef qui pose problème, mais le poste en lui-même. Arrivée au sein de la Commission européenne en 2012, Anne Glover avait pour mission de donner son avis, indépendant, au président de l’institution sur tous les dossiers concernant les sciences, la technologie ou encore l’innovation.

Ses propos en faveur des OGM et son avis ouvert sur la question du gaz du schiste lui ont attiré les foudres des ONG. Mais pour les représentants de la société civile, la problématique est plus profonde. Ils dénoncent tout d’abord une concentration des pouvoirs aux mains d’une seule et même personne. Ils critiquent aussi l’opacité autour de la fonction d’Anne Glover. Nommée, semble-t-il, pour satisfaire le Royaume-Uni, ses avis demeuraient confidentiels.

De son côté, le monde scientifique déplore la disparition du poste et s’inquiète pour l’avenir de la politique scientifique européenne.

Pour sa part, la Commission défend toujours la nécessité d’avoir un avis scientifique indépendant en son sein. Toutefois, la nouvelle équipe ne sait pas encore quelle forme doit prendre cette collaboration.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.