Accéder au contenu principal
Turquie / Vatican

A Istanbul, le pape François s’est recueilli à la Mosquée bleue

Le pape François se recueille à la Mosquée bleue aux côtés du mufti d'Istanbul, le 29 novembre 2014.
Le pape François se recueille à la Mosquée bleue aux côtés du mufti d'Istanbul, le 29 novembre 2014. REUTERS/ Osservatore Romano
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Au deuxième jour de sa visite en Turquie, ce samedi 29 novembre, le pape François a divisé sa journée en deux parties : le matin a été consacré à la rencontre avec les musulmans, l'après-midi avec les chrétiens.

Publicité

Au cœur de son voyage en Turquie, le pape s’est rendu sur les rives du Bosphore, à Istanbul. Alors qu’il avait exhorté hier les religions à lutter contre le fondamentalisme, à favoriser le dialogue religieux, le pape s’est rendu dans la Mosquée bleue d’Istanbul.

Comme l’avait fait Benoît XVI il y a huit ans, le pape François s’est recueilli en prière aux côtés du grand mufti de la ville, nous rapporte notre envoyé spécial, Antoine-Marie Izoard. Une prière au cœur de la mosquée Sultanahmet, qualifiée par le Vatican d’« adoration silencieuse », qui pourrait choquer, une fois encore, les catholiques les plus traditionalistes. Le pape a ensuite visité la basilique Sainte-Sophie, ancienne église chrétienne transformée en mosquée au XVe siècle, devenue aujourd’hui un musée.

Le pape a réservé son après-midi aux chrétiens, célébrant d’abord la messe dans la petite cathédrale latine du Saint-Esprit. Devant les responsables des différents rites, il a invité les communautés catholiques à l’unité. Il s’est ensuite rendu au patriarcat œcuménique de Constantinople. Avec le patriarche orthodoxe Bartholomée, il a présidé une prière œcuménique au cours de laquelle, dans un geste très fort, le pape François s’est abaissé devant le patriarche en lui demandant sa bénédiction.

Cette messe a été retransmise sur écran géant à l’église Saint-Antoine, une paroisse qui accueille de nombreux étrangers. « Nous sommes en joie, parce que nous nous sentons un peu isolés, nous les catholiques. La présence du pape nous a réunifiés avec les Turcs », s’est réjouie Marie, originaire de RDC, au micro de notre envoyée spéciale Geneviève Delrue.

La messe du pape s’est achevée sous les applaudissements. Mais dehors, dans la rue, aucune banderole, aucune photo n’indiquait la venue du pape François. Une visite qui pour la grande majorité des Stambouliotes restera un non-événement

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.