Accéder au contenu principal
Russie

Russie: en colère, le personnel médical dans la rue

Manifestation de soutien aux médecins à Moscou, le 2 novembre. «Arrêtez l'effondrement de la médecine de Moscou», peut-on lire sur la banderole.
Manifestation de soutien aux médecins à Moscou, le 2 novembre. «Arrêtez l'effondrement de la médecine de Moscou», peut-on lire sur la banderole. REUTERS/Sergei Karpukhin
Texte par : RFI Suivre
2 min

Pour la première fois depuis des années, des salariés descendent dans la rue ce week-end dans plusieurs grandes villes de Russie. À Moscou, les personnels de santé vont manifester contre la réforme en cours du système de santé qui prévoit la fermeture de nombreux hôpitaux.

Publicité

Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

Rien qu'à Moscou, une trentaine d’établissements hospitaliers publics doivent fermer. Officiellement, il s’agit d’optimiser le système de santé. Actuellement, certains hôpitaux publics sont gérés par la municipalité, d’autres par de grandes entreprises, certains enfin dépendent de l’État. Normalement, la gestion doit être progressivement transférée à un unique système d’assurance sociale.

Dans le cadre de cette réforme, 7 000 agents hospitaliers ont déjà été licenciés et 2 000 lits fermés. Des établissements ont été regroupés pour diminuer le personnel administratif. La mairie de Moscou affirme qu’elle a beaucoup modernisé les hôpitaux et qu’il y a donc besoin de moins de lits et de personnel. Et au final, les médecins restants devraient être mieux payés. Actuellement, les salaires sont tellement bas que nombre de médecins se font payer en plus pour des activités privées, ou carrément en dessous de table.

La réforme prévoit donc le départ de nombreux agents hospitaliers – sans doute plusieurs milliers. La mairie ne donne pas de chiffres précis, ce qui accentue l’inquiétude. Face à la colère des personnels hospitaliers, la municipalité a promis de verser des indemnités supplémentaires en plus des indemnités légales. La population, qui constate qu’elle a de plus en plus à faire à un système à deux vitesses, soutient, dans l’ensemble, la colère des médecins.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.