Accéder au contenu principal
Ukraine

Le FMI à Kiev pour discuter des contreparties de l'aide à l'Ukraine

A Kiev, on s'attend à de nouvelles réformes économiques, en contrepartie des aides promises par le FMI.
A Kiev, on s'attend à de nouvelles réformes économiques, en contrepartie des aides promises par le FMI. Sergii Kharchenko/NurPhoto

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) arrive en Ukraine ce mardi 9 décembre pour discuter avec le gouvernement des réformes économiques à mettre en œuvre, en contrepartie de l'aide financière dont l’Ukraine a grand besoin. Des réformes qui risquent fort d'être mal accueillies par la population.

Publicité

Le FMI a promis à l'Ukraine une aide financière de 27 milliards de dollars de prêts, dont 17 directement fournis par le FMI. Mais pour obtenir ces fonds l'Ukraine va devoir mettre en œuvre des réformes profondes afin de redresser une économie en péril, avec la chute de la monnaie nationale, le financement d'un coûteux conflit armé dans l'est du pays, et les dettes importantes à rembourser à la Russie. A cela s'ajoute une corruption endémique.

La remise en ordre de marche de l'économie devrait passer, entre autre, par une hausse des tarifs de l'énergie et une réduction des dépenses sociales. Autant de mesures impopulaires qui passeront certainement très mal dans la population.

Pour les appliquer, le gouvernement ukrainien a décidé de faire appel à deux étrangers, naturalisés ukrainiens quelques heures à peine avant leur nomination : une Américaine, Natalie Jaresko, comme ministre des Finances et un Lituanien, Aivaras Abromavicius, au portefeuille de l'Economie. Ils auront la lourde tache de négocier le programme d'aide du FMI dont les représentants seront présents une dizaine de jours en Ukraine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.