Accéder au contenu principal
Ukraine

La «journée de silence» dans l’est de l’Ukraine émaillée de tirs

Un rebelle séparatiste passe un check-point, mardi 9 décembre, lors du cessez-le-feu.
Un rebelle séparatiste passe un check-point, mardi 9 décembre, lors du cessez-le-feu. AFP PHOTO / ERIC FEFERBERG
Texte par : RFI Suivre
1 min

Une « journée de silence » agitée dans l’est de l’Ukraine. Alors que les armes devaient se taire pour une trêve de 24 heures hier, mardi, des tirs d’artillerie ont été recensés, ainsi que des tirs contre une équipe d’observation de l’OSCE. Les négociations à Minsk se font attendre.

Publicité

Avec notre correspondant à Kiev, Sébastien Gobert

« En n’ayant aucun respect pour l’accord de cessez-le-feu, les rebelles ont utilisé des armes légères, des mortiers, de l’artillerie et des chars d’assaut dans des zones résidentielles ». Selon le service de presse des forces armées ukrainiennes, le jour du silence, le premier jour d’une nouvelle trêve dans le Donbass, n’a pas été aussi calme que prévu. Plus d’une dizaine de violations auraient été recensées.

De leur côté, les autorités séparatistes font aussi part d’attaques contre leurs positions, notamment à l’emblématique aéroport de Donetsk. Les deux camps se rejettent ainsi la faute.

Négociations reportées

Quoi qu’il en soit, les différentes parties en présence n’ont toujours pas décidé d’une date précise pour la tenue d’une première série de négociations triparties à Minsk, en Biélorussie, et règlent pour l’instant leurs différends via des vidéo-conférences sur Skype. Si négociations il y a, elles s’annoncent de longue haleine. Reste à savoir si elles peuvent déboucher sur une trêve durable, qui permettrait au moins d’épargner les populations civiles de l’est de l’Ukraine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.