Accéder au contenu principal
Russie

Russie: à la télévision, Medvedev déplore la morosité de l’économie

Le Premier ministre Dmitri Medvedev lors d'une interview à la télévision russe, le 10 décembre 2014.
Le Premier ministre Dmitri Medvedev lors d'une interview à la télévision russe, le 10 décembre 2014. AFP PHOTO / RIA-NOVOSTI / POOL / DMITRY ASTAKHOV
Texte par : RFI Suivre
2 min

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev, interrogé ce mercredi 10 décembre par des journalistes sur plusieurs chaînes de télévision russes, n'a pas caché que la situation économique du pays n'était pas florissante et que les sanctions y étaient pour quelque chose. Mais il a demandé aux Russes de ne pas céder à la panique.

Publicité

Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

Le Premier ministre russe a reconnu que la baisse du rouble était un handicap pour la Russie : « La majorité des économistes s’accordent à dire que pour le moment le rouble est trop sous-évalué et c’est pourquoi une certaine réévaluation devrait se produire. C’est un coût pour le porte-monnaie des citoyens qui sont payés en roubles. Il ne faut pas en faire une hystérie, il faut avoir de la patience et regarder vers l’avenir. »

Concernant l’embargo, il y aurait des conséquences positives pour certains producteurs selon Medvedev : « Je crois que c’est une réussite, il y a maintenant beaucoup de produits locaux sur les rayons d’alimentation, mais ça ne veut pas dire que nous avons totalement réussi à remplacer les produits importés. »

Un bilan entâché par les sanctions économiques

Les sanctions empêchent les industries de se développer par manque de crédit. « La situation n’est pas la plus simple parce que les marché financiers occidentaux nous sont fermés et ça fait partie de cette politique des sanctions. En ce qui concerne l’Asie, ce n’est pas aussi difficile. Nous avons des partenaires qui sont prêts à travailler avec nos banques. Mais en règle générale on doit miser sur nos propres capacités », précise le Premier ministre russe.

Dmitri Medvedev a dressé un bilan en demi-teinte de l’économie russe, en soulignant que les économies européennes n’allaient pas beaucoup mieux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.