Accéder au contenu principal

Turquie: Erdogan dit à l'Europe de «garder ses idées pour elle»

Recep Tayyip Erdogan.
Recep Tayyip Erdogan. Reuters/Stringer

Dans un discours retransmis à la télévision, le président turc Recep Tayyip Erdogan s’en est pris de manière particulièrement sévère à l’Union européenne. Celle-ci avait critiqué les arrestations massives visant les médias opposés au gouvernement, survenues dimanche.

Publicité

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini et le commissaire européen chargé de la politique de voisinage, Johannes Hahn, ont qualifié les opérations de police de dimanche de « contraires aux valeurs européennes » et d’« incompatibles avec la liberté de la presse ».

Réagissant à ces critiques, le président turc n’a vraiment pas mâché ses mots. Il a présenté l’opération policière contre les médias d’opposition qualifiés d'« éléments qui menacent la sécurité nationale » de la Turquie. Selon lui, elle a été menée dans un cadre strictement légal. Ainsi, a-t-il poursuivi, l’Union européenne ne peut pas interférer dans des mesures parfaitement légales.

Ce que Bruxelles en pense, a souligné Recep Tayyip Ergogan, « nous est égal ». « On s’en fiche », a-t-il ajouté, avant d’appeler l’Union européenne à « garder ses idées pour elle » et à « se mêler de ses propres affaires ».

Le président turc a également mis en garde les responsables européens contre toute pression éventuelle sur les juges, les procureurs et les policiers turcs. La Turquie négocie toujours son adhésion à l’Union européenne depuis 2005, bien que ses premières démarches datent d’il y a une cinquantaine d’années. L’Europe juge ses liens avec la Turquie d’importance stratégique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.