Accéder au contenu principal
Italie / France

Le palais Farnèse à Rome veut devenir une ambassade verte

La présentation du projet a eu lieu en présence de Nicolas Hulot, envoyé spécial de la République française pour la protection de la planète, et de Catherine Collona, ambassadrice française à Rome, au palais Farnèse..
La présentation du projet a eu lieu en présence de Nicolas Hulot, envoyé spécial de la République française pour la protection de la planète, et de Catherine Collona, ambassadrice française à Rome, au palais Farnèse.. AFP PHOTO / LIVIA CRISAFI
3 mn

À un an de la conférence climatique de Paris, l’ambassade de France à Rome, située dans le palais Farnèse, grand symbole de l’architecture de la Renaissance en Italie, a présenté un projet innovateur de réduction de son empreinte environnementale. C'est la première ambassade en Europe - et la deuxième au monde après celle de Washington- à se lancer dans une initiative baptisée «Ambassade verte »

Publicité

C'est un véritable défi que l’ambassade de France à Rome entend relever. Il s’agit de rendre plus écologique le palais Farnèse en réalisant une série d’économie d’énergie, afin de donner un petit exemple de ce que tout le monde peut faire pour tenter de sauver la planète. Ce lundi, Nicolas Hulot, envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète, était présent au palais Farnèse aux côtés de l’ambassadrice Catherine Colonna. La façade du palais était drapée d’une grande bannière verte frappée aux logos de la République française et du groupe Edison, qui compte parmi les partenaires de cette opération. Ce projet sera mis en œuvre au cours des prochains mois, après le diagnostic complet de l’impact du palais sur l’environnement.

Remplacer les 2 000 ampoules du Palais Farnèse

La galerie des Carrache, l'un des joyaux du Palais.
La galerie des Carrache, l'un des joyaux du Palais. http://www.ambafrance-it.org

Ce palais du XVIème siècle est le siège de l’ambassade de France depuis 1874. Comme l’a souligné l’ambassadrice, c’est un véritable défi compte tenu de l’immensité de la complexité du bâtiment : la surface des pièces utilisées comme bureaux est de 2 000 m² ! Mais bien des choses peuvent être réalisées comme par exemple, le remplacement des quelque 2 000 ampoules actuelles par des ampoules Led [à diode électroluminescente] ou encore l’introduction de bonnes pratiques dans les cuisines : les produits issu de l’agriculture du Latium, la région de Rome, seront davantage utilisés pour mieux se conformer à la discipline du « kilomètre zéro » [du producteur directement au consommateur]. Et il y aura un peu moins de produits d’origine française, même si la gastronomie française se doit d’être représentée. Tout est une question d’équilibre ! Autres exemples : plus d’efforts seront faits dans le tri différencié et il y aura plus de véhicules hybrides. Le premier est arrivé au mois d’octobre. Concernant les économies de chauffage, il faut attendre la fin des audits pour savoir ce qui pourra être réalisé.

Le Palais Farnèse se veut éco-responsable

Mais l’ambassade pourra t-elle se passer de climatisation, dans une ville où les étés sont souvent caniculaires ? Sur ce point, le palais Farnèse possède un atout, ses murs sont très épais ce qui permet de conserver la fraîcheur. Donc pas de climatiseurs, mais des fenêtres grandes ouvertes aux bonnes heures, selon les déclarations de l’ambassadrice qui défend, avec vigueur, le projet d’une ambassade éco-responsable, visitée chaque année par plus de 30 000 personnes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.