Accéder au contenu principal
Hongrie

Hongrie: nouvelle manifestation contre la politique de Viktor Orban

Des milliers d'Hongrois ont défilé contre la politique du Premier ministre Viktor Orban, le 16 décembre 2014, dans les rues de Budapest.
Des milliers d'Hongrois ont défilé contre la politique du Premier ministre Viktor Orban, le 16 décembre 2014, dans les rues de Budapest. REUTERS/Bernadett Szabo
Texte par : RFI Suivre
2 min

Fin octobre, des centaines de milliers de personnes défilaient à Budapest contre un projet de taxe sur Internet. Depuis, le projet a été repoussé mais la colère ne s’éteint pas. Mardi 16 décembre, une manifestation a rassemblé plusieurs milliers de personnes à Budapest. Le mouvement a touché une vingtaine de villes de province. La veille, les députés avaient voté un budget d’austérité alors que la corruption du pouvoir est de plus en plus visible. Les Hongrois sont indignés.

Publicité

Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

« Orban, dégage ! Ton parti est une mafia ! » A chaque manifestation, ce sont les mêmes slogans, la même colère. Judit a 35 ans. Mère célibataire, elle ne s’en sort pas avec son salaire de 400 euros. Elle voudrait travailler à l’étranger mais elle a peur que les portes de l’Europe se referment, dit-elle : « On a peur de ne plus pouvoir travailler à l’étranger. Peut-être que l’an prochain, on ne sera plus dans l’Union européenne ! Parce qu’avec toutes les mesures que prend notre gouvernement, on dirait qu’il veut sortir de l’UE. C’est pour ça qu’il y a tous ces drapeaux européens ce soir. On veut être membres de l’Europe, on veut les mêmes droits, la même vie ! »

Virag Szalai, une ingénieure de 32 ans, est scandalisée par la dernière idée du gouvernement : introduire le dépistage de drogue au lycée. « J’ai l’impression qu’ils prennent tous les citoyens pour des criminels. Et ce n’est pas normal. Les criminels, ce sont eux, les politiciens corrompus ! Ils gagnent des milliards. Ils sont partis de rien, et en quatre ans, ils sont devenus des oligarques. » Les Hongrois sont excédés, et la tension monte peu à peu. Il suffirait d’un cocktail Molotov pour que tout s’embrase, disait un manifestant.

La police déloge des manifestants en plein «sit-in» dans les rues de Budapest, mardi 16 décembre 2014 en Hongrie.
La police déloge des manifestants en plein «sit-in» dans les rues de Budapest, mardi 16 décembre 2014 en Hongrie. REUTERS/Bernadett Szabo

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.