Accéder au contenu principal
Ukraine / Russie / Biélorussie

Ukraine: à Minsk, des pourparlers sans réelle avancée

L'ambassadeur russe en Biélorussie Alexander Surikov (G), l'ambassadeur russe en Ukraine Mikhail Zurabov (C) et l'ex-président ukrainien Leonid Kuchma (D) étaient à Minsk pour des pourparlers de paix entre Kiev et Moscou, le 24 décembre 2014.
L'ambassadeur russe en Biélorussie Alexander Surikov (G), l'ambassadeur russe en Ukraine Mikhail Zurabov (C) et l'ex-président ukrainien Leonid Kuchma (D) étaient à Minsk pour des pourparlers de paix entre Kiev et Moscou, le 24 décembre 2014. REUTERS/Stringer
Texte par : RFI Suivre
1 mn

Après quasiment quatre mois d'interruption, la reprise des pourparlers de paix entre Kiev et les rebelles pro-russes était particulièrement attendue mercredi 24 décembre à Minsk, en Biélorussie. La réunion a bien eu lieu en présence des différentes parties jusque dans la soirée. Une réunion particulièrement difficile, à tel point qu'aucune date n'a pu être établie quant à la prochaine rencontre initialement prévue vendredi 26 décembre.

Publicité

Avec notre correspondante à Kiev, Caroline Larson

La réunion s'est tenue à huis clos dans l'ancienne résidence du président biélorusse Alexandre Loukachenko, en plein centre de Minsk. Y assistaient l'ex-président ukrainien Leonid Koutchma, l'ambassadeur russe en Ukraine Mikhaïl Zourabov, la représentante de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) Heidi Tagliavini et les émissaires des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk.

Au final, plus de cinq heures de pourparlers pour un résultat très décevant. Avant la réunion, un conseiller diplomatique du président ukrainien avait prévenu : « Il ne faut pas s’attendre à des résultats dès mercredi. » Néanmoins, on pouvait espérer au minimum le maintien d'un deuxième round de négociations, initialement prévu ce vendredi 26 décembre.

Il n'en sera rien. Les émissaires des séparatistes ont évoqué en fin de réunion des discussions « difficiles » et qui ont de nouveau mené au point mort. On est loin des négociations politiques au format dit de Normandie, en présence des présidents français, allemand et russe, comme l'avait imaginé le gouvernement ukrainien avant la rencontre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.