Accéder au contenu principal
Turquie

Turquie: 3 ans après le massacre, le village de Roboski demande justice

Manifestation à Istanbul à l'occasion du troisième anniversaire du drame de Roboski, le 28 décembre 2014.
Manifestation à Istanbul à l'occasion du troisième anniversaire du drame de Roboski, le 28 décembre 2014. AFP PHOTO / OZAN KOSE
Texte par : RFI Suivre
2 min

Il y a trois ans, l’aviation turque bombardait, en pleine nuit et sans raison, un groupe de contrebandiers kurdes dans la montagne marquant la frontière avec l’Irak, faisant 34 victimes civiles. L’anniversaire de cette tragédie a été marqué dimanche par de multiples manifestations pour réclamer justice dans la région kurde et à Istanbul.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul,Jérôme Bastion

Sur les lieux du drame, à Roboski même, le président du parti pro-kurde Selahattin Demirtas a rappelé au président Erdogan sa promesse de tirer au clair ce massacre inexpliqué. Et pourtant la justice s’est déclarée incompétente et l’armée garde le silence. Mais moralement le dossier ne sera pas refermé tant qu’il restera un Kurde pour demander des comptes, a-t-il dit.

A Istanbul, plusieurs rassemblements commémoratifs ont également eu lieu, derrière 34 symboliques cercueils noirs. Seyhan Ürek est la sœur de Salih, 16 ans, tué le 28 décembre 2011, dont elle brandit la photo : « Roboski, c’est un tout petit village et 34 disparitions d’un seul coup, cela a été un énorme traumatisme, un grand malheur pour nous, souligne-t-elle. Et puis ce sont eux qui faisaient vivre le village. Depuis des générations, les hommes transportent des marchandises à travers ces montagnes. Ce n’est pas de notre faute s’ils ont tracé cette frontière artificielle qui a divisé nos familles et mis en danger notre gagne-pain ! »

Les familles des victimes ont jusque-là refusé l’indemnisation offerte par le gouvernement car elles réclament la condamnation des responsables, qui n’ont toujours pas été identifiés. Mais c’est probablement, comme souvent en pareil cas, la Cour européenne des droits de l’homme qui finira par leur donner raison.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.