Ukraine

Ukraine: Marioupol, prochain objectif des séparatistes?

Marioupol, ville de 500 000 habitants, est un port stratégique du sud-est toujours contrôlé par l'Ukraine.
Marioupol, ville de 500 000 habitants, est un port stratégique du sud-est toujours contrôlé par l'Ukraine. REUTERS/Vasily Fedosenko

Selon l'armée ukrainienne, la Russie et les séparatistes pro-russes qu'elle arme ont amassé de l'équipement militaire dans la région du port de Marioupol, en mer d'Azov. Autrement dit, Kiev dit craindre une nouvelle offensive pro-russe et une violation irrémédiable des accords de paix de Minsk, signés le 12 février. Kiev tire la sonnette d'alarme quelques jours après une défaite importante subie dans la poche de Debaltseve, mercredi. Marioupol, ville de 500 000 habitants, est un port stratégique du sud-est toujours contrôlé par l'Ukraine.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Donetsk,  Régis Genté

L’adversaire est en train d’amasser des équipements militaires, des armes et des combattants dans la région de Marioupol. C’est ce qu’a affirmé un porte-parole de l’armée ukrainienne vendredi et samedi. Selon Kiev, la Russie concentrerait de nouvelles forces à Novoazovsk, une ville située à une quarantaine de kilomètres de Marioupol, un important port ukrainien des bords de la mer d’Azov.

Un nouveau front est-il sur le point d’être ouvert par la Russie, ou du moins par les séparatistes pro-russes, entre autres afin de créer éventuellement un accès terrestre vers la Crimée, la péninsule annexée par Moscou en mars 2014 ? Ou bien s’agit-il de mettre la pression sur l’Ukraine en lui montrant la fragilité de ses positions autour du port de Marioupol ? Ce serait une façon de lui faire comprendre qu’il lui faut renoncer à ses projets de rapprochement avec le camp occidental, l’Union européenne ou l’Otan.

C’est difficile à dire pour l’heure. Kiev tire la sonnette d’alarme après une semaine de tensions et d’échanges de tirs dans la région de Novoazovsk où cinq soldats ukrainiens seraient morts depuis l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, dimanche dernier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail