Ukraine / Russie

Ukraine: Kiev ne retirera pas ses armes tant qu’il y aura des tirs

Les forces ukrainiennes près de Artemivsk, dans la région de Donetsk, le 23 février 2015.
Les forces ukrainiennes près de Artemivsk, dans la région de Donetsk, le 23 février 2015. REUTERS/Gleb Garanich

L'armée ukrainienne affirme qu'elle ne retirera pas ses armes lourdes de la ligne de front en raison des attaques continues des séparatistes pro-russes. C'était une des conditions de l'accord signé en Biélorussie. L'Ukraine craint notamment une attaque près la ville stratégique de Marioupol. 

Publicité

Les forces ukrainiennes ont été bombardées des dizaines de fois ces dernières 24 heures, selon un porte-parole militaire, qui fait état de la mort d'au moins deux soldats, une dizaine ayant été blessés. Dans ces conditions, explique l'état-major ukrainien, il n'est pas question de retirer les armes lourdes, même s'il s'agit d'un point important de l'accord de Minsk.

Les affrontements ont perdu en intensité, mais la trêve n'est pas complètement respectée. La situation évolue d'heure en heure et les autorités de Kiev redoutent que les rebelles, aidés par des troupes russes, ne s'arrêtent pas à Debaltseve, mais poursuivent leur progression notamment vers le sud du pays. Un autre porte-parole de l'armée ukrainienne a parlé d'une attaque rebelle contre Chirokine, un village situé sur la côte, non loin du port de Marioupol. Cette ville industrielle de près de 500 000 habitants pourrait être le prochain objectif des séparatistes.

Les séparatistes démentent les informations faisant état d'attaques contre les troupes de Kiev. En tout cas, des tirs d'artillerie ont bel et bien été entendus la nuit dernière et dans la matinée de ce lundi, à Donetsk, la plus grande ville de l'est de l'Ukraine, tenue par les rebelles. Une réunion des chefs des diplomaties russe, ukrainienne, française et allemande aura lieu ce mardi, à Paris.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail