Accéder au contenu principal
Allemagne

L'Eglise allemande traque les catholiques baptisés

En Allemagne, tout contribuable doit déclarer sa religion à l'administration. L'État prélève sur le revenu des croyants 8 à 10% d'impôts supplémentaires reversés aux différents cultes.
En Allemagne, tout contribuable doit déclarer sa religion à l'administration. L'État prélève sur le revenu des croyants 8 à 10% d'impôts supplémentaires reversés aux différents cultes. (Photo by: Godong/UIG via Getty Images)
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Un Français résident à Berlin s'est vu prélever sur sa feuille de paie, une somme de 550 euros correspondant à l'impôt catholique. Athée, mais baptisé en France il y a quelques années, le jeune homme a mené l'enquête. Il semble que les listes de baptêmes français aient été consultés par l'Eglise allemande.

Publicité

Thomas Bores, un jeune Français installé à Berlin, a eu la désagréable surprise de découvrir en janvier que sa fiche de paie avait été amputée de 550 euros. Le premier choc passé, il a appris que cette somme correspondait à l’impôt d’Eglise, le «Kirchensteuer» qu’il avait omis de payer l’an passé.

Thomas Bores s’était déclaré athée en remplissant, à son arrivée en Allemagne, les formulaires d’usage. Mais le diocèse de Berlin s’est peut-être douté qu’un jeune Français avait de bonnes chances d’avoir été baptisé ce qui entraîne appartenance à l’Eglise et donc paiement de l’impôt. Un prélèvement non négligeable puisqu’il s’élève à 8 à 10% du salaire brut. Le diocèse de Berlin s’est en fait adressé à son homologue en France, à l'endroit où Thomas Bores a été en effet baptisé il y a quelques années et a obtenu une copie du certificat de baptême.

L’affaire qui a d’abord fait le buzz dans les médias sociaux a entre-temps donné lieu à des retombées dans la presse. Pour le député Pierre-Yves Le Borgn’ qui représente notamment les Français d’Allemagne, cette pratique est contraire au droit européen sur la protection des données personnelles. Thomas Bores, lui, a peu de chance de revoir l’argent prélevé sur son salaire. Il ne lui reste plus qu’à demander d’être rayé des listes de baptêmes français. Côté allemand, il lui faudra faire une demande devant un tribunal pour quitter officiellement l’Eglise catholique et ne plus être imposable.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.