Ukraine

Ukraine: Angela Merkel accentue la pression sur Moscou

La chancelière allemande a réclamé le 5 mars 2015 « la restitution à l'Ukraine de l'accès à sa frontière avec la Russie ». Ici, lors d'une rencontre au Kremlin avec Vladimir Poutine le 6 février 2015.
La chancelière allemande a réclamé le 5 mars 2015 « la restitution à l'Ukraine de l'accès à sa frontière avec la Russie ». Ici, lors d'une rencontre au Kremlin avec Vladimir Poutine le 6 février 2015. REUTERS/Maxim Zmeyev

Les pressions diplomatiques occidentales se multiplient sur la Russie. Dernier épisode en date ce jeudi 5 mars, le gouvernement allemand a demandé que soit restitué à l’Ukraine le plein accès à sa frontière avec la Russie. Celui-ci est prévu dans l'accord de Minsk, signé par l’Allemagne, la France, la Russie et l’Ukraine.

Publicité

Le point 9 de l’accord prévoit le rétablissement du « contrôle total » des autorités ukrainiennes sur la frontière, dont une partie est aux mains des forces rebelles pro-russes, voire des Russes eux-mêmes.

Les Occidentaux reprochent à Moscou d’en profiter pour transférer dans l’Est séparatiste de l’Ukraine des milliers de soldats et beaucoup de matériel militaire.

La chancelière allemande Angela Merkel a établi clairement « une relation entre les sanctions existantes et la mise en œuvre de l’accord de Minsk », notamment « la restitution à l'Ukraine de l'accès à sa frontière avec la Russie ».

Mardi 3 mars, Barack Obama et plusieurs dirigeants européens ont promis « une réaction forte » en cas de violations flagrantes de l’accord. La secrétaire d’Etat adjointe pour l’Europe, Victoria Nuland, a prévenu que Washington était déjà en train de consulter les Européens pour augmenter la pression des sanctions. Celles-ci pourraient être renforcées si la Russie continue à manquer à ses obligations de mise en œuvre de l’accord Minsk 2.

De son côté le Parlement ukrainien a approuvé, ce jeudi 5 mars, dans la matinée, un projet de loi visant à accroître de plus d'un tiers les effectifs de l'armée, qui seront portés à 250 000 hommes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail