Accéder au contenu principal
Ukraine

Ukraine: l'armée dénonce une attaque rebelle près de Marioupol

Un tank des séparatistes pro-russes avec un masque à gaz placé dans son canon, dans le village de Molochnoye, au nord-est de Donetsk, le 8 mars 2015.
Un tank des séparatistes pro-russes avec un masque à gaz placé dans son canon, dans le village de Molochnoye, au nord-est de Donetsk, le 8 mars 2015. REUTERS/Marko Djurica
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L'armée ukrainienne a accusé lundi les séparatistes pro-russes d'avoir déclenché une attaque à l'aide de chars et de mortiers près du port stratégique de Marioupol. Selon le communiqué, l'attaque visait le village de Chirokiné. « En utilisant des mortiers de 120 mm, des chars et des unités d'infanterie, les rebelles cherchent à évincer nos unités de Chirokiné », a indiqué l'armée ukrainienne dans un communiqué, dénonçant une « violation grossière » des accords de Minsk. Les séparatistes pro-russes avaient affirmé samedi avoir retiré leurs armes du front. 64 militaires ont été tués depuis le début de la trêve instaurée le 15 février, a annoncé ce lundi le président ukrainien Petro Porochenko. 

Publicité

Avec nos envoyés spéciaux à Donetsk, Anastasia Becchio et Boris Vichith

L’armée ukrainienne accuse les combattants pro-russes de faire usage d’armes lourdes qu’ils auraient dû éloigner de la ligne de front conformément aux accords de paix de Minsk. Selon un communiqué de l’état- major ukrainien, des mortiers de 120 mm ont été utilisés pour tenter d’évincer les unités loyalistes du village de Chirokiné, un village aux trois quarts détruit, situé à l’est de Marioupol au bord de la mer d’Azov.

Le ministre de la Défense de la république autoproclamée de Donetsk, Edouard Bassourine a confié à l’agence RIA que ses troupes n’avaient lancé aucune offensive.
Les séparatistes ont annoncé ce week-end qu’ils avaient procédé au retrait de tous leurs armements supérieurs à 100 mm sur l’ensemble du territoire qu’ils contrôlent. Une affirmation difficile à vérifier pour les observateurs internationaux, de part et d’autre du front.

Difficile également de savoir ce qui se passe réellement du côté de Chirokiné. Le cessez-le-feu y est régulièrement violé, des accrochages ont lieu quotidiennement. Selon un responsable militaire ukrainien du secteur M, le secteur de Marioupol, quatre soldats ont été blessés ce lundi dans les attaques. Plusieurs habitants de Marioupol ont affirmé que les déflagrations ont été entendues jusque dans le centre-ville une bonne partie de la journée. Il faut dire aussi que des opérations de déminage devaient aussi être menées dans le secteur.


Beaucoup d'armes ont été retirées du front, selon le président Porochenko

Lundi soir, le président Porochenko a annoncé que « 64 militaires ont péri depuis le 15 février», date d'entrée en vigueur de la trêve, suite à la signature des accords de Minsk 2.  Depuis le début du conflit, il y a près de onze mois, 1 549 militaires ukrainiens ont été tués, a précisé le président Porochenko lors d'un entretien télévisé.

« Il y a un cessez-le-feu ou il n'y en a pas. Cela dépend comment on le prend. On peut dire que nous avons réussi à arrêter l'offensive de l'agresseur. L'Ukraine a retiré l'essentiel de ses systèmes de roquettes et d'artillerie lourde. Les combattants soutenus par la Russie en ont également retiré une quantité importante », a également déclaré Petro Porochenko à la télévision ukrainienne. 
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.