Allemagne / Littérature

Günter Grass, mort du géant de la littérature allemande et prix Nobel

Günter Grass, ici en 2007. Le prix Nobel de littérature de 1999 est né le 16 octobre 1927 et mort le 13 avril 2015.
Günter Grass, ici en 2007. Le prix Nobel de littérature de 1999 est né le 16 octobre 1927 et mort le 13 avril 2015. REUTERS/Susana Vera/Files

C’est un géant de la littérature allemande d’après-guerre qui a marqué les dernières décennies qui vient de s’éteindre ce lundi 13 avril, à 87 ans, à Lübeck. Günter Grass, l’écrivain germanique le plus connu dans son pays et à l’étranger, avait reçu le prix Nobel en 1999 pour son œuvre, marquée du sceau indélébile du Troisième Reich.

Publicité

Son premier livre, mais aussi le plus connu, Le Tambour, publié en 1959, a été vendu à trois millions d’exemplaires et traduit en 24 langues. Hormis son œuvre littéraire, Günter Grass avait aussi rédigé de nombreux poèmes et des pièces de théâtre.

Écrivain engagé, ce compagnon de route du parti social-démocrate pour lequel il a souvent fait campagne était une conscience morale de l’Allemagne d’après-guerre. Mais Günter Grass a aussi souvent créé des polémiques. En rejetant la réunification de son pays en 1990 percevant la division de l’Allemagne comme une juste punition après le nazisme. Mais cette obsession de ce passé brun fut entachée par son livre de mémoire En épluchant les oignons dans lequel Günter Grass avoue avoir été membre des troupes d’élite nazies de la Waffen-SS à la fin de la guerre.

L’annonce de sa mort suscite une grande émotion et de nombreuses réactions dans le monde politique et culturel en Allemagne et à l’étranger. Presque la même photo orne la une de tous les quotidiens allemands de mardi, celle de Günter Grass dans une nuée de fumée, sa pipe à la main. L’émotion est grande dans le monde politique et culturel et les réactions abondent après la mort du prix Nobel de littérature.

Angela Merkel salue un écrivain qui a marqué l’après-guerre par son engagement artistique, social et politique. Le président de la République Joachim Gauck rend hommage à une œuvre qui a servi de miroir à l’Allemagne d’après-guerre. La ministre de la Culture, Monika Grütters estime que l’œuvre laissée par l’écrivain prend sa place dans l’histoire à côté de celle de Goeth. Un quotidien ne veut pas aller si loin, mais estime en tout cas que Günter Grass était le plus grand écrivain allemand depuis Thomas Mann.

Un écrivain engagé surtout aux côtés du parti social-démocrate qui a été particulièrement touché par cette disparition. L’homme de gauche avait souvent soutenu le SPD. Son président Sigmar Gabriel a rendu hommage à un auteur engagé et un défenseur de la démocratie et de la paix. Les commentateurs s’inclinent devant l’écrivain engagé incommode, mais rappellent aussi ses contradictions.

En 2011, Günter Grass avait expliqué à RFI pourquoi il avait pris position pour Camus et non pas pour Sartre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail