Royaume-Uni

Royaume-Uni: le parti travailliste très affaibli par sa lourde défaite

Le chef du parti travailliste, Ed Miliband, a annoncé sa démission, le 8 mai 2015, après une défaite cuisante aux élections législatives.
Le chef du parti travailliste, Ed Miliband, a annoncé sa démission, le 8 mai 2015, après une défaite cuisante aux élections législatives. REUTERS/Neil Hall

Après avoir concédé la défaite aux législatives, Ed Miliband a démissionné ce vendredi 8 mai. Il laisse un parti travailliste extrêmement affaibli et qui a d'ores et déjà commencé un profond examen de conscience.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

Avec presque 100 sièges de moins que les conservateurs dans le nouveau Parlement, le parti travailliste se retrouve à son plus bas niveau de représentation depuis 1983. Cette défaite provoque déjà beaucoup de rancoeur au sein du Labour. « En quatre ans, l'équipe d'Ed Miliband a réduit à néant le travail de toute une génération de travaillistes », s'est plaint un militant en faisant allusion aux années de gloire du New Labour de Tony Blair.

Se relayant sur les plateaux de télévision, les figures historiques du parti ont regretté les erreurs de jugement durant la campagne. Le Labour s'est ainsi avéré trop à gauche pour les électeurs en Angleterre, et trop à droite en Ecosse en proposant une version allégée du programme d'austérité des conservateurs. Résultat, les travaillistes voient aujourd'hui leur marge de manoeuvre réduite géographiquement.

L'Ecosse est très clairement sous le charme des nationalistes du SNP et le sud de l'Angleterre, à l'exception de Londres, est passé aux conservateurs. De toute façon, d'un point de vue idéologique, la tentation de pencher à gauche pour reconquérir les Ecossais aurait risqué de faire fuir les derniers électeurs du centre dont le soutien avait été décisif lors des victoires de Tony Blair. Abasourdi et humilié, le parti entre donc dans une période d'intense introspection pour redéfinir son identité et ses priorités. Un débat qui devra se tenir avant d'élire un nouveau dirigeant.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail