Accéder au contenu principal
Macédoine

A Skopje, deux Macédoine face à face

Les opposants au Premier ministre Nikola Gruevski ont érigé une centaine de tentes aux abords du siège du gouvernement.
Les opposants au Premier ministre Nikola Gruevski ont érigé une centaine de tentes aux abords du siège du gouvernement. AFP PHOTO / ROBERT ATANASOVSKI
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Une tentative de dialogue doit réunir, ce mardi 19 mai à Strasbourg, sous l’égide du Conseil de l’Europe, le gouvernement et l’opposition macédonienne, mais les chances de succès semblent minces. Lundi soir, les partisans du gouvernement manifestaient tandis que ceux de l’opposition étaient groupés autour d’un camp de tentes.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Skopje, Jean-Arnault Dérens

Deux Macédoine rivales se sont fait face dans les rues de Skopje. Il y avait la grande foule des partisans du VMRO-DPMNE du Premier ministre Gruevski, venus en autocars de tout le pays pour participer à un meeting sur la place du Parlement - les administrations ont débauché plus tôt que la normale et certaines entreprises avaient même donné congé à leurs employés - et les sympathisants de l’opposition qui ont établi un camp de tentes devant le siège du gouvernement, avec la ferme intention d’y rester jusqu’à la démission du Premier ministre. Entre les deux, les unités spéciales de la police avaient établi un périmètre de sécurité, mais aucun incident n’est à déplorer.

Côté partisans du pouvoir, on veut afficher un indéfectible soutien. « Je suis […] de Probistip, une ville minière de l’est de la Macédoine, membre du VMRO-DPMNE, explique Dragan Stilkov, un manifestant. Je suis venu apporter mon soutien au Premier ministre Nikola Gruevski, qui se bat pour une Macédoine libre. » Sur la foule flottait une forêt de drapeaux macédoniens et de bannières rouge et noir, les couleurs du VMRO, le vieux parti nationaliste fondé au début du XXe siècle.

Des dizaines de milliers de partisans du VMRO-DPMNE, le parti au pouvoir, ont défilé lundi 18 mai à Skopje en soutien au Premier ministre Nikola Gruevski.
Des dizaines de milliers de partisans du VMRO-DPMNE, le parti au pouvoir, ont défilé lundi 18 mai à Skopje en soutien au Premier ministre Nikola Gruevski. REUTERS/Ognen Teofilovski

Sur le modèle de Maïdan

Pour limiter les risques de provocation, l’opposition avait renoncé de son côté, à la dernière minute, à tenir sa marche quotidienne à travers les rues de la capitale, mais elle a installé deux podiums devant le siège du gouvernement. Concerts, sets musicaux et films : l’occupation commence à se mettre en place, sur le modèle du Maïdan de Kiev, et les militants se disent prêts à tenir longtemps, des semaines s’il le faut.

A 4h du matin, Zoran Zaev, le chef de l’opposition, a quitté la place pour s’envoler en direction de Strasbourg pour une amorce de dialogue dont les chances de succès paraissent bien minces. En effet, Zoran Zaev reste sur sa position : il demande la démission du gouvernement actuel, la formation d’un exécutif de transition et l’organisation de nouvelles élections. Un scénario catégoriquement rejeté par Nikola Gruevski.

 → A (RE)LIRE : Macédoine: pourquoi le bras de fer se poursuit dans la rue

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.