Accéder au contenu principal
Bosnie-Herzégovine / Pape François

Le pape François prêche la paix à Sarajevo

Le pape François embrasse un jeune enfant alors qu'il quitte le stade de Sarajevo après y avoir célébré une messe, le 6 juin 2015.
Le pape François embrasse un jeune enfant alors qu'il quitte le stade de Sarajevo après y avoir célébré une messe, le 6 juin 2015. REUTERS/Dado Ruvic
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le pape François est arrivé ce samedi 6 juin au matin à Sarajevo, où il ne reste qu'une douzaine d'heures. Il y a rencontré les autorités de Bosnie-Herzégovine puis célébré la messe dans le stade de Sarajevo, encourageant au dialogue et au pardon, mettant en garde aussi contre ceux qui créent ou attisent volontairement les guerres.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Sarajevo, Antoine-Marie Izoard

Depuis le palais présidentiel de Sarajevo, le chef de l'Eglise catholique a appelé la Bosnie-Herzégovine ainsi que l'ensemble de la communauté internationale à s'opposer à la barbarie et aux violences toujours plus féroces en s'inspirant des valeurs fondamentales de l'humanité pour construire et pardonner.

Egalité des citoyens

Dans son premier discours sur le sol bosnien, devant les autorités civiles et le corps diplomatique, le pape François a plaidé pour l'égalité effective de tous les citoyens, qu'ils soient Bosniaques musulmans, Serbes orthodoxes ou Croates catholiques. Il a aussi donné un coup de main au pays en soutenant que la Bosnie-Herzégovine faisait partie intégrante de l'Europe, alors que le pays est candidat à l'entrée dans l'Union européenne.

Une messe devant plus de 50 000 fidèles

Un peu plus tard, c'est dans le stade olympique de Sarajevo - comme Jean-Paul II avant lui il y a 18 ans - que le pape François a célébré la messe, devant plus de 50 000 fidèles.
Sur fond de tensions communautaires persistantes dans le pays mais surtout face à une sorte de troisième guerre mondiale en morceaux, il a fustigé ceux qui veulent encore aujourd'hui créer et attiser un « climat de guerre » en affrontant cultures et civilisations, ou encore ceux qui spéculent sur les guerres pour vendre des armes.

La foule dans le stade de Sarajevo, le 6 juin 2015.
La foule dans le stade de Sarajevo, le 6 juin 2015. REUTERS/Max Rossi

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.